La tombe du général Tuan - Guide Thaïlande - Sawa'discovery

La tombe du général Tuan

À la faveur d’un périple dans la montagne de Doi Mae Salong en Thaïlande, plus d’un voyageur visite la sépulcre du général Tuan. Lumière sur ce site historique de Chiang Rai.

La tombe du général Tuan : hommage à une figure politique du Siam

À une vingtaine de kilomètres de Chiang Rai, les hauteurs montagneuses de Doi Mae Salong appellent à une escapade verte et historique. Difficile de croire que ce village de tout repos, où les théiers sont cultivés en terrasse, où les prunes et les fraises sont des produits renommés, était un quartier chaud de la drogue. Pourtant, un monument érigé au sommet d’une colline rappelle ce passé avec force : la tombe du général Tuan Shi-Wen. Là gisent les dépouilles du fondateur de Mae Salong. Là est enseveli le courageux soldat qui a donné sa vie pour la Thaïlande en luttant contre le communisme. Le général est mort en 1980, et sa tombe fait figure de monument historique. Le déplacement en vaut la peine tant pour le mémorial que pour le cadre bucolique. Lors de votre prochain road trip dans les environs de Chiang Rai, pensez à visiter la tombe du général Tuan.

Histoire du général Tuan

Tout a commencé en 1949. Lorsque l’armée chinoise de Kuomintang a dû battre en retraite devant le triomphe du Parti communiste, elle a trouvé refuge à Mae Salong après avoir rôdé dans les collines du Laos et de la Birmanie. Le général Tuan était à la tête des troupes de la 93e division. Les autorités thaïlandaises ont accepté généreusement sa demande d’asile, mais à charge de revanche. Les soldats du KMT n’ont jamais pu retrouver une vie normale jusqu’à ce que les insurgés communistes en Thaïlande aient été battus. Durant la guerre du Vietnam, certains d’entre eux ont été engagés par la CIA en qualité de mercenaires. En récompense de leurs bons et loyaux services, la citoyenneté thaïlandaise leur a été attribuée ainsi qu’à leur famille.

Les fugitifs sont maintenant reconnus comme des résidents, mais comment gagner décemment leur vie ? Le général Tuan et ses hommes ont jugé bon de faire carrière dans le trafic criminel de l’opium. « Nous devons continuer à combattre le fléau du communisme, et pour combattre nous devons avoir une armée, et une armée doit avoir des armes, et pour se procurer des armes, il faut de l’argent. Dans ces montagnes, la seule ressource monétaire est l’opium. », écrivait le général dans le Weekend Telegraph (1967). L’ex-militaire a fait pression sur les villageois de Mae Salong pour développer la culture du pavot. La taxe foncière était si abusive que, pour survivre, les paysans se pliaient en quatre pour accroître le volume de production. Entre 1960 et 1975, Mae Salong était l’une des plus grandes raffineries de drogue du Triangle d’Or.

Le général Tuan est décédé en 1980. Au-dessus d’une colline, une pagode finement décorée lui sert de tombe. Après sa disparition, Mae Salong a abandonné le pavot et pratiqué des cultures maraîchères et fruitières. Le thé chinois de Mae Salong – l’oolong – est renommé dans toute la Thaïlande.

Visite de la tombe de Tuan Shi-Wen

Au milieu des rangées de théiers interminables, la tombe du général Tuan se dresse solitairement sur une hauteur. Un officier chinois la surveille, remettant des bâtons d’encens aux pèlerins qui viennent s’y recueillir. La tombe imite l’allure d’une pagode bouddhiste. Accessible par une volée de marches, elle se présente comme un bâtiment couvert à colonnades et ouvert aux quatre vents. Le sarcophage est placé au fond de la salle. En face du sarcophage, il y a des bols de nourriture, des cierges et des encens. Au dos du cercueil, un portrait du général est accroché au mur. Des photographies représentant les membres du KMT sont exposées ici et là.

La route qui conduit au tombeau du général Tuan passe par un marché local. Des gens de toute couleur, originaires de diverses tribus, et parlant diverses langues s’y côtoient : les Lahu, les Karen et les Akha s’y donnent rendez-vous pour partager les dernières nouvelles et écouler leurs produits d’artisanat.

Infos pratiques

Quand y aller ?

La période de novembre à février est la meilleure période pour gravir la montagne et se recueillir sur la tombe du général Tuan. Le ciel est clair, et les chaleurs sont plus supportables. Les cerisiers se couvrent de jolies fleurs roses, rendant magique la promenade.

Comment s’y rendre ?**

Comme aucun bus ne dessert la montagne, deux moyens de transport s’offrent au visiteur : le songthaew ou le véhicule privé.

Autres attractions

Sur la route de la montagne, d’autres sites d’intérêt méritent qu’on s’y attarde :

La pagode Sinakarintra Stit Mahasantikhiri

Juchée au sommet de Doi Mae Salong, cette pagode est dédiée à la mémoire de la princesse Sinakarindra, la mère de Rama IX. Elle a lutté pour le droit des tribus montagnardes du nord de la Thaïlande ;

Les villages culturels

Les communautés tribales seront heureuses de vous offrir l’hospitalité dans leur maison ne serait-ce que pour un bref passage. Résistant aux sirènes du monde moderne, ces groupes ethniques birmans ont adopté un mode de vie en harmonie avec le milieu naturel.

Les salons de thé et restaurants chinois

Mae Salong est réputée pour son ambiance authentique qu’elle tient de ses origines chinoises. Il est de bon ton de goûter quelques recettes authentiques du Yunnan.

Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Emelyne de "Sawa'discovery". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
04 48 54 00 42