Wat Na Phra Men

Réputé pour son bouddha d’or vêtu d’une robe royale avec des bijoux resplendissants, le Wat Na Phra Men est l’un des temples phares d’Ayutthaya.

En se rendant à la cité d’Ayutthaya, les visiteurs s’attendent à trouver uniquement des temples en ruines aux airs de montagnes, conformes à l’art khmer. C’est sans compter sur le Wat Na Phra Men, un monastère bouddhiste du xve siècle, juste en face de l’ancien palais, abandonné en 1760 et restauré, 75 ans plus tard, dans sa structure d’origine. Heureuse exception à la règle, le temple n’a pas de prangs couronnés de sikhara, ni des ruines en grès rouge ou en latérite. Il tient son prestige d’une série d’images de Bouddha très anciennes, réalisées à diverses époques et renvoyant à différents mouvements artistiques qui ont traversé la Thaïlande. Ces images ont pu être sauvées lors du sac de la ville en 1767. La plus belle d’entre toutes est sans conteste le Phra Phuttha Nimit, un bouddha paré d’atours royaux, à découvrir sur l’autel de l’ubosot, la pièce la plus sacrée.

Que vous veniez en couple ou en famille, votre escapade culturelle à Ayutthaya sera incomplète si vous passez à côté du Wat Na Phra Men.

Histoire

Le Wat Na Phra Men a été construit sur l’ordre du Ramathibodi II qui régna sur Ayutthaya de 1491 à 1529. Son nom – « monastère en face du crématorium » – laisse entendre que le roi l’avait affecté à un usage sépulcral. En face de l’ancien palais, sur l’autre rive du fleuve, il y avait une place publique où se déroulaient les rituels de crémation. Les données varient selon les sources. Les unes soutiennent qu’on y brûlait les cendres des membres de la famille royale. D’autres pensent, au contraire, que ce sont les condamnés à mort qui avaient été incinérés sur la place. Laissons aux ethnologues le soin de régler la question. Le fait historique le plus intéressant est ailleurs.

Le sanctuaire a joué un rôle capital dans les opérations de conquête militaire que la Birmanie dirigea contre le Siam. Deux anecdotes ont été rapportées dans les Chroniques royales d’Ayutthaya.

La première se passa au xvie siècle : le souverain birman Bayinnaung se sentit offensé dans son ego lorsqu’il apprit la nouvelle des quantités d’éléphants blancs que Chakkrapphat, le souverain siamois, acquit comme butin de guerre, parce que ce dernier refusa de lui remettre deux têtes d’éléphants. Pour se venger, Bayinnaung décida d’attaquer Ayutthaya. Voyant qu’il n’était pas en position de force, le roi d’Ayuttaya engagea un traité de paix. Il fit dresser un palais royal à deux trônes près du Wat Na Phra Men.

La deuxième anecdote est la plus connue. En 1760, Ayutthaya fut à nouveau victime des raids birmans. Les envahisseurs campèrent près de la rive Lopburi et braquèrent leurs canons sur le temple et le Grand Palais. Alaungphraya, le souverain birman de l’époque, était sur le point de lancer le tir lorsqu’il a été touché par un gros canon. Face à la blessure de leur chef, les Birmans battirent en retraite et ne mirent pas le feu au temple. Ils prirent cet accident comme un funeste présage. C’est ainsi que le Wat Na Phra Men a été épargné de la destruction, contrairement aux autres temples de la cité, qui ont été pillés et brûlés sans merci.

Aujourd’hui

Le Wat Na Phra Men ou Wat Na Phra Meru – peu importe comment on l’appelle – a ceci d’original qu’il est le seul temple en parfait état, échappant à la furie des envahisseurs. Le Département thaïlandais des Beaux-Arts l’a inscrit dès 1935 sur la liste des monuments historiques nationaux. Il n’a pas les prangs majestueux communs aux temples typiques d’Ayutthaya. Il est dépourvu de ruines khmères. Son atout tient aux statues de bouddhas d’époque qui y sont exposées, offrant un aperçu des fleurons de la sculpture thaïlandaise.

Tour du temple bouddhiste

Saisissante évocation d’une architecture révolue, le Wat Na Phra Men se tient aux abords de la rivière Lopburi, au nord du Palais Royal. Le complexe comprend une salle d’ordination, trois stupas et de multiples viharas à usage monastique.

Le dieu Vishnou monté sur un Garuda

Héritage de l’hindouisme, des images de Vishnou porté par l’oiseau Garuda décorent le fronton triangulaire au-dessus de l’ubosot. Elles frappent immanquablement le regard au moment où l’on franchit la porte principale. Admirez l’oiseau mythique terrasser le naga, et les divinités musiciennes (apsaras) qui se tiennent à droite et à gauche de Vishnou.

Le Phra Phuttha Nimit, la statue principale du temple

En avançant à l’intérieur de l’ubosot, vous remarquerez un flot de touristes s’attrouper en face de l’autel. Leurs regards sont fixés sur le Phra Phuttha Nimit, un majestueux bouddha fait de bronze et couvert de feuilles d’or. La taille de la statue s’élève à 6 mètres et la largeur sur les genoux fait 4,5 mètres. En fait, les images de bouddha portant une tenue royale avec des bijoux de valeur sur le cou, les bras et la poitrine sont une caractéristique de l’Ayutthaya tardif.

Le Luang Po Khao

En sortant de l’ubosot, dirigez-vous dans un pavillon à proximité des stupas. Vous y découvrirez un bouddha scintillant d’argent de la tête jusqu’à la plante des pieds. Il a été sculpté il y a environ 500 ans, d’après la date gravée sur l’écriteau. Dans l’enceinte de cette même chapelle se trouvent une multitude d’iconographies bouddhistes. La plus révérée est le Phra Phuttha Lila, un bouddha de la période Lopburi.

Le Phra Khan Thanrath, un bouddha de style Dravati

Si le Phra Phuttha Nimit est la pièce maîtresse du temple, le bouddha en quartzite de l’ère Dravati arrive en seconde position. Il loge dans un petit viharn en bois de teck naturel. La civilisation Dravati a gagné l’Asie du Sud entre le vie et le xiie siècle. Le bouddha est assis dans une posture assez inhabituelle. Là où les autres icones du sanctuaire montrent un bouddha assis les mains jointes pour méditer à son aise, ou bien la main droite posée sur le sol pour prendre à témoin la terre contre le démon Mara, le bouddha du Phra Khan Thanrath, lui, s’assoit à l’européenne. L’image est moulée dans une pierre verte.

Informations pratiques

Prix et horaires d’ouverture

Le temple est ouvert quotidiennement de 8 h à 18 h, sauf les jours fériés. Le montant du droit d’entrée est de 20 baths par personne (0,56 euro).

Comment s’y rendre ?

Le Wat Na Phra Men est situé à 7 km en dehors de la ville d’Ayutthaya. La durée du trajet est de 15 minutes. Lorsque vous avez atteint le Palais Royal, suivez la route du nord ; ce faisant, prenez la Naresuan Road et traversez le pont. Au bout d’une vingtaine de mètres, vous verrez apparaître le temple sur le côté gauche de la route.

Code vestimentaire

La tenue correcte est exigée par égard aux moines et aux fidèles qui considèrent les vêtements légers comme une offense à leur religion.

Dans les environs…

Après avoir fait le tour du Wat Na Phra Men, ne vous empressez pas de partir. D’autres sites et monuments de qualité vous attendent :

- Le Wat Mahathat ;

- Le Wat Phra Si Sanphet ;

- Le parc historique d’Ayutthaya ;

- Le musée national Chao Sam Phraya.

Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Emelyne de "Sawa'discovery". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
04 48 54 00 42