Le Wat Phra That Doi Suthep

Accroché merveilleusement à une montagne, le Wat Phra That Doi Suthep est un lieu de culte des plus connus de Chiang Mai.

Malgré sa prétention à devenir une « nouvelle cité », Chiang Mai conserve une foule de vieux temples typiques de la Thaïlande septentrionale. À une quinzaine de kilomètres du centre-ville, le Wat Phra That Doi Suthep invite à une pieuse méditation dans une atmosphère imprégnée de silence et de mysticisme, où chaque pierre, chaque statue, chaque marche révèle un aspect du bouddhisme. Si vous n'êtes pas d'humeur à méditer, d'autres bonnes raisons incitent à visiter le sanctuaire. Parce que sa situation en hauteur – 1 073 mètres – en fait un terrain de jeu pour qui pratiquent la randonnée et l'escalade libre, parce que la montagne Doi Suthep revêt un caractère sacré dans l'esprit des Thaïlandais , et parce que le temple lui-même fait partie intégrante du parc national de Doi Suthep-Pui , le Wat Phra That Doi Suthep est un incontournable de Chiang Mai. Les amateurs de beaux arts reviendront heureux de ce périple.

Notes d'histoire

L'origine du sanctuaire relève de la légende. Un roi du Lanna répondant au nom de Nu Naone a ordonné de le bâtir en 1383. Il s'est appuyé sur la foi d'un présage pour déterminer l'emplacement. Un moine bouddhiste originaire de Sukhothai est venu lui rapporter une relique, un reste de la clavicule ou de l'omoplate du Bouddha. Sumanathera – ainsi s'appelait le moine – informa d'abord le souverain de Sukhothai de sa trouvaille, mais ce dernier, non convaincu de l'attribution de l'os à Bouddha, ne lui a accordé aucun crédit. Mais Nu Naone était mieux disposé à écouter ses propos. Il libéra son éléphant blanc, plaça la relique sur son dos et l'envoya promener dans la forêt. L'éléphant s'arrêta sur la montagne Doi Suthep, où il fit un somme profond et expira. Le roi considéra que le décès de la bête à cet endroit précis est le fait de la volonté de Bouddha. Sans tarder, un temple bouddhiste a été érigé sur la montagne.

Aujourd'hui

S'il est un monument bouddhiste que les visiteurs ne doivent pas manquer lors d'un séjour à Chiang Mai , c'est bien le Wat Prathat Doi Suthep. Les habitants l'appellent « temple de Doi Suthep » tout court, du nom du massif montagneux auquel il est joliment suspendu. Que vous soyez un curieux d'architecture ou un vrai connaisseur, la visite du monastère ne saurait vous décevoir. Avec ses chedis aux allures de campanile, ses statues, ses jardins plantés d'arbres et ses chapelles à toiture caractéristique, le monastère est un fidèle exemple de l'art Lanna.

Visiter le Wat Pra That Doi Suthep

Le site compte un certain nombre d'attractions. Outre le plaisir de sentir l'air frais sur son visage et de voir des paysages montagneux, le monastère en lui-même est magnifique, tant depuis la façade que dans l'enceinte.

A l'extérieur

La file des nagas

Un long escalier conduit au portail d'entrée du temple. Des nagas à plusieurs têtes se tiennent alignés à chaque extrémité des degrés. Ils renvoient à des créatures en forme de serpents, détentrices de pouvoirs magiques, qui surveillent jalousement l'entrée des pagodes. Devant vous s'étale la plus longue allée de nagas de tout le Pays du Sourire.

La statue de l'éléphant blanc

Le portail franchi, la première chose qui s'offre au regard est le mémorial de l'Éléphant blanc, dont les errements ont décidé de l'emplacement du complexe.

Le chedi de 24 mètres

Occupant la partie nord du temple, un auguste chedi en or se dresse sur 24 mètres de haut. Tous les visiteurs partagent le même avis : c'est la plus belle attraction du Wat Prathat Doi Suthep. La base est tracée dans un plan octogonal, puis la toiture se décline en gradins pour se terminer en une flèche effilée aux flamboyantes dorures. Il annonce par excellence le style du Nord. Mais bien que l'art Lanna prédomine, le design du chedi marie harmonieusement le style thaï, le style birman et le style Sukhothai. Par exemple, le chatra en forme d'ombrelle est hérité des envahisseurs birmans. La toiture à niveaux, étagée et inclinée, est une caractéristique du bouddhisme theravada. Les couches concentriques rappellent les états spirituels que le bouddhiste doit gravir pour mériter son enlèvement au nirvana. L'inclinaison de la toiture est, elle aussi, riche de symboles : elle représente le désintérêt pour les biens terrestres, qui sont passagers et périssables, et la légèreté de l'âme, ambitieuse de goûter à la paix et à la suprême félicité.

Le design particulier de la toiture se répète sur les viharns et les pavillons environnants.

À l'intérieur

Fresques murales

Le patrimoine artistique est inestimable. Les murs racontent les épisodes importants de la vie de Bouddha ainsi que ses pérégrinations lorsqu'il est parti prêcher sa doctrine. Par endroits, les sujets des tableaux ont trait à l'hindouisme. À part les fresques murales, des statues de Bouddha de toute taille sont au rendez-vous, façonnées dans divers matériaux et relevant de différents mouvements artistiques.

Une copie du Bouddha d'émeraude

A l'intérieur du temple, vous découvrirez une heureuse imitation du Bouddha d'émeraude , la statue originale étant conservée au Wat Phra Kaeo à Bangkok.

Un Ganesh

La représentation de Ganesh , le dieu hindou de l'intelligence, dans ce lieu de culte bouddhiste ne manque pas de surprendre. La présence de cette statue à tête d'éléphant trahit le syncrétisme religieux qui était la règle en Thaïlande à une lointaine époque.

Cours de méditation

Le site n'est pas seulement un lieu de prière. Il a ouvert un centre dédié à la méditation , où le public peut apprendre et pratiquer cette discipline. La méditation allège l'esprit, supprime les tensions négatives et aide à recouvrer la gaieté et le goût de la vie.

Infos pratiques

Dates et horaires d'ouverture

Le Wat Prathat Doi Suthep est ouvert tous les jours de 6 h à 18 h. Aucun festival culturel ne s'y déroule durant les vacances bouddhistes, comme c'est le cas pour d'autres temples thaïlandais ; aussi les visiteurs pourront fixer librement les dates et les horaires de visite.

Prix d'entrée

Comme il est juché sur une colline rocheuse, le Wat Prathat Doi Suthep n'est pas facile d'accès : ceux qui ont le goût de la randonnée monteront l'escalier de 309 marches bordé de serpents nagas ; les plus oisifs sont invités à prendre le téléphérique pour atteindre le sommet : le transport coûte 20 bahts pour les Thaïlandais et 50 bahts pour les non-Thaïlandais.

La visite du temple est payante. Le prix d'entrée est fixé à 50 bahts, soit environ 1,4 euro. Veillez à respecter le code vestimentaire en vigueur : hommes et femmes sont tenus de porter une tenue correcte, qui dissimule entièrement les bras et les jambes, et de laisser leurs chaussures à la porte au moment d'entrer dans les salles de prière.

Comment se rendre au Wat Pra That Doi Suthep ?

Le plus simple est de recourir à un transport privé . Cela ne demande que 32 minutes de voiture si vous partez du centre-ville de Chiang Mai. Cela dit, le moyen de transport le plus répandu est le songthaew, un genre de pick-up rouge qui fait office de taxi collectif. Ces songthaews remplissent les rues de Chiang Mai. Notez qu'il est possible de héler un songthaew dans n'importe quelle partie de la ville.

Dans les environs

En dehors du Wat Prathat Doi Suthep, d'autres lieux d'intérêt pourront vous séduire :

  • Le parc national de Doi-Suthep Pui ;
  • Le temple bouddhiste Wat Pha Lat ;
  • Le jardin botanique de la reine Skirit.

Bonjour

Je suis Emelyne de "Sawa'discovery". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
04 48 54 00 42