Wat Bang Kung (Kai Bang Kung)

Joliment caché sous les branches d’un banian, le vieux temple Wat Bang Kung, dans le village thaïlandais du même nom, allie randonnée, pèlerinage et souvenirs historiques. Revue de détail de l’attraction.

Bien que la Thaïlande connaisse une floraison de temples et de monastères bouddhistes, ce petit temple atypique mérite qu’on y consacre un pèlerinage. La visite du temple vous servira d’excuse pour faire une promenade en bateau longtail sur la rivière Mae Khlong. En descendant de la jetée, vous avancez dans une forêt de banians géants aux racines entrelacées. Là se trouve le Wat Bang Kung, englouti par une épaisse canopée. Banians majestueux, aurez-vous oublié la bataille héroïque qui a marqué cet endroit que vous avez investi de vos feuillages ? Il y a 250 ans passés, ce sol verdoyant a été rouge du sang des guerriers d’Ayutthaya quand les troupes birmanes ont attaqué la cité. Même si le champ de bataille a laissé place à un parc forestier, le temple bouddhiste se souvient, lui, et transmettra l’histoire aux générations futures. À visiter absolument lors d’un séjour à Samut Songkhram, province centrale de la Thaïlande !

Notes du passé

La création du temple date du xiiie siècle, à l’époque où le royaume d’Ayutthaya dominait la majeure partie du Siam. La date exacte de la construction est inconnue. En 1765, les troupes birmanes commandées par le général Ne Myo Thihapate ont envahi la capitale. Ekkathat, le souverain de l’époque, n’a pas l’étoffe d’un guerrier. Esclave des plaisirs charnels, il s’est laissé corrompre par le luxe et les femmes. Les Birmans virent là une occasion pour porter le coup de grâce au royaume d’Ayutthaya. L’armée d’Ekkathat a campé à Bang Kung, un petit village près de la rivière Mae Klong. Il a légué son nom au Wat Bang Kung, un temple bouddhiste érigé pour les officiers. L’armée siamoise a subi une grande défaite ; Ayutthaya fut rasée de fond en comble, pillée et incendiée par les Birmans. La date d’avril 1767 marque la fin du royaume.

Par un revirement inattendu, le général Taksin vengea le sang des soldats d’Ayutthaya ; il captura la ville de Thonburi et parvint à chasser les Birmans hors du territoire siamois. Les immigrants chinois de Ratchaburi et de Kanchanaburi se sont rangés de son côté, parce que les Birmans menacent également d’envahir la Chine. Un détachement militaire s’est regroupé autour de Bang Kung, le même camp où l’armée d’Ekkathat a été vaincue. Il fut rebaptisé « camp chinois de Bang Kung ». Le général Taksin réussira là où Ekkathat a échoué : les Birmans ont été écrasés ; ils retourneront dans leur patrie en 1768, tandis que Taksin et son armée seront accueillis triomphalement à Thonburi, la nouvelle capitale.

Au fil des années, le camp a été abandonné, et le sanctuaire orphelin de ses fidèles. Au cri des soldats succède le silence, au bruit des chevaux le roucoulement des oiseaux ; les figuiers de banians ont ombragé la place de leurs multiples troncs. Heureusement, le temple bouddhiste est là pour rappeler l’histoire de cette bataille à la postérité ! Raison pour laquelle il a été déclaré site archéologique national en 1996.

Architecture du temple

Pour l’Européen qui a parcouru les temples de rêve de Bangkok, le Wat Bang Kung ne donne pas un aspect impressionnant. Le décor du sanctuaire est assez simple, à l’intérieur comme à l’extérieur. C’est le labyrinthe de racines et de feuillages qui le rend exceptionnel. Il semble éclore du tronc d’un banian géant. L’impression de jouer un remake du Seigneur des Anneaux est presque parfaite. Par ailleurs, l’attractivité du temple est à mettre sur le compte du passé militaire lié à Bang Kung.

Les attractions majeures

Plutôt que d’effectuer une visite libre, l’option de la visite accompagnée est fortement recommandée. Le guide local sera en mesure de vous présenter l’histoire du temple, d’expliquer les détails architecturaux et de donner surtout un récit captivant de la bataille de 1765 qui opposa la Thaïlande au Myanmar.

Quelques curiosités attireront sans doute l’attention des visiteurs :

- Dans la salle d’ordination trône un bouddha en or en position de lotus, communément désigné Luang Phot Bot Noi ;

- À deux pas du sanctuaire, admirez la statue du général Taksin (le futur roi de Thonburi) et les statues des valeureux guerriers qui ont lutté à ses côtés pour défendre leur patrie ;

- Pour les visiteurs avec enfants, un sanctuaire animalier se trouve dans le coin, permettant d’observer des oiseaux et des primates.

Infos pratiques

Prix et horaires d'ouverture

Entrée libre. Les horaires de visite sont fixés entre 7 h et 17 h.

Code vestimentaire

Il est affligeant de constater que de nombreux visiteurs européens portent des tenues courtes et légères dans les temples bouddhistes. Sachez qu’en séjournant en Thaïlande, vous vous devez de ne pas offenser les croyances religieuses. Une tenue correcte est une marque de respect envers le Seigneur Bouddha. Laissez vos chaussures à la porte au moment d’entrer dans les salles de prière.

Comment s'y rendre ?

Le Wat Bang Kung est situé avantageusement sur les rives de Mae Klong. Pour se rendre à cet ancien temple de Samut Songkhram, il faut prendre la route en direction du parc commémoratif de Rama II. Peu avant d’atteindre la chapelle de la Vierge-Marie, on aperçoit un virage à gauche. Suivre ce virage, franchir le pont Somdet Phra Ammarin et prendre un second virage à gauche. Le chemin conduit tout droit au temple au bout de 6 km.

La meilleure façon de s’y rendre est de louer les services d’un bateau depuis le port d’Amphawa. Joyeusement balancé sur l’eau, le visiteur fera le tour des temples bouddhistes dans la région. Le point de départ de la croisière est le marché flottant d’Amphawa.

Bonjour

Je suis Emelyne de "Sawa'discovery". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
04 48 54 00 42