Wat Mahathat

Héritage de l’art khmer, les temples-montagnes en pierre et en grès rose du Wat Mahathat dominent le quartier historique d’Ayutthaya. Un coup de cœur pour tous les visiteurs !

Vous voyagez prochainement pour Ayutthaya ? Glorieuse capitale royale et centre spirituel du Siam, après l’effondrement de Sukothai, la vieille ville regorge de ruines khmères. Sur une petite île, à mi-chemin entre Chi Kun Road et Naresuan Road, se dresse le Wat Mahathat, un temple khmer pas comme les autres.

Au fil des siècles, le visage du temple a changé, et les visiteurs ne le retrouveront plus sous son ancien éclat. Qu’on s’imagine la procession royale, lorsque le roi et son épouse passaient par la porte principale, escortés du prince héritier, des autres nobles, des évêques et des plus hauts dignitaires du royaume, et montant des éléphants et des chevaux richement décorés ! Qu’on se représente les rituels d’offrande accomplis chaque année, au moyen desquels le roi espérait s’attirer les bonnes grâces du Bouddha !

Le temps a mis le bâtiment à rude épreuve. Qu’à cela ne tienne, de superbes ruines subsistent, comme ce prang central à la base surélevée, ces bouddhas en pierre décapités, ou encore cette tête de Bouddha enserrée dans les racines d’un banian. Autant de vestiges qui donnent une mesure du luxe et de la grandeur d’Ayutthaya, la Venise de l’Orient.

Notes du passé

Le sens de Wat Mahathat peut être rendu par « sanctuaire de la grande relique ». Bien que quelque peu prétentieux, le nom est judicieusement choisi au motif que des reliques du Bouddha y ont été jadis conservées. Le chantier fut ouvert en 1374 sous le règne de Borommaracha I, le troisième souverain d’Ayutthaya. Après sa mort, Ramesuan, le neveu du défunt roi qui lui a succédé sur le trône, a poursuivi les travaux.

À l’apogée du royaume, le sanctuaire de la grande relique jouissait d’un statut spécial. Sa proximité avec le Grand Palais, le Lion Royal Gable, en est la preuve. La présence d’une relique de Bouddha conservée dans un coffret précieux en atteste également. Des évènements importants s’y sont déroulés, comme le festival Kathina.

Quelques Européens ont vanté la splendeur du Wat Mahathat dans leurs mémoires de voyage. Van Vliet, un marchand hollandais du viie siècle, nous confie que « près de six à sept mille personnes assistaient à la procession royale […] Une suite imposante marchait derrière les nobles. Des troupes de musiciens jouaient de la flûte, du cor, du trombone et du tambour, et l’arrangement instrumental était très mélodieux. » Jacques de Coutre, quant à lui, rapporta des détails de l’architecture du temple en 1595 : « Chacun des prangs était surmonté d’une très haute tour réalisée en maçonnerie de pierre et de brique. Les tours étaient plaquées d’or du sommet jusqu’au milieu et reposaient sur une large cour dallée de briques. Des étangs étaient aménagés aux quatre extrémités de la cour, et beaucoup d’arbres poussaient au bord de l’eau. » Selon le même auteur, le monastère de la grande relique compta parmi les quatre monastères les plus importants du royaume.

Malheureusement, le Wat Mahathat n’a pas été épargné lorsque les Birmans ont mis à sac et incendié la ville en 1767.

Aujourd’hui

L’antique cité d’Ayutthaya recense plus de 400 temples, et il est très facile pour les étrangers de s’y perdre. Le Wat Mahathat sort du lot à plus d’un titre. Là résidait jadis le patriarche suprême du bouddhisme. Là étaient dissimulées les saintes reliques de Bouddha, enchâssées dans une urne en or. Là encore se déroulaient les grandes festivités royales, le monastère étant situé à côté du Grand Palais. Pas plus tard qu’en 1935, le Département thaïlandais des Beaux-Arts l’a classé parmi les monuments historiques nationaux. La reconnaissance de l’Unesco est intervenue en 1991, lorsque le parc historique d’Ayutthaya rejoignit la liste du patrimoine mondial. Si vous voulez voir le meilleur d’Ayutthaya, le détour au temple de la grande relique est indispensable.

Tour du temple bouddhiste

Plus qu’un simple temple, le Wat Mahathat était conçu comme un immense complexe religieux. Il a perdu sa majesté à la suite des attaques birmanes. Les ruines que l’on peut admirer actuellement datent d’une époque plus récente, allant de la fin du xviie siècle au xviiie siècle.

En pénétrant dans l’enceinte du temple, trois bâtiments sautent instantanément aux eux :

Le prang central

Cet édifice en pain de sucre représente par allégorie le mont Meru, la demeure sacrée des dieux selon la mythologie hindoue. À l’origine, sa hauteur dépassait plus de 40 mètres. Quatre prangs de taille plus modeste viennent l’encadrer de tous côtés, à l’image des océans entourant la terre. Le prang a tenu bon durant plusieurs années après la prise de la ville par les Birmans en 1767, avant de céder complètement en 1911. Depuis, il n’a plus été restauré. Du temple montagne d’autrefois, seule la plate-forme carrée et les quatre escaliers dorés ont survécu. Gardez l’œil ouvert sur les images de bouddha qui parcourent les galeries.

Le viharn Luang

Juste à droite du prang principal, admirez le vihara de plan rectangulaire, soutenu par deux rangées de piliers. Il fait 40 m de long et 20 m de large. C’est là que les moines se réunissaient pour les prières et les exercices de méditation.

L’ubosot

À gauche du prang se tient la salle d’ordination, où les jeunes moines prêtaient publiquement serment. Huit bornes de repère en pierres fines marquent les limites de la chambre sacrée. D’après les historiens, elles remontent au début de la période Ayutthaya.

Mis à part ces trois structures, d’autres ruines remarquables comme les stupas et les pavillons sont disséminés de tous côtés. Les touristes avertis seront ravis d’étudier les fresques murales du prang nord-ouest, les bouddhas de style Bayon au sein de la galerie, ou la tête de bouddha engloutie dans un banian.

Informations pratiques

Horaires d’ouverture et prix

Le prix d’entrée est fixé à 50 baths par personne (1,4 euro). Le temple est ouvert du lundi jusqu’au dimanche entre 8 h et 17 h.

Sites d’attraction proches

La visite du Wat Mahathat vous a plu ? Non loin de là, d’autres lieux d’intérêt méritent le coup d’œil :

- Le musée national Chao Sam Phraya qui expose des objets d’époque et des pièces artistiques de style Ayutthaya, ce que les Birmans n’ont pas pu piller ;

- Le Wat Phra Si Sanphet, qui est sans conteste le temple khmer le plus beau et le plus majestueux de la cité ;

- Le Wat Yai Chai Mongkon, l’un des tout premiers temples d’Ayutthaya ;

- Le parc historique d’Ayuttaya.

Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Emelyne de "Sawa'discovery". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
04 48 54 00 42