Ban Nor Lae - Guide Thaïlande - Sawa'discovery

Ban Nor Lae

Perché au sommet de Doi Ang Khang, Ban Nor Lae, royaume de la tribu Palaung, invite à une détente champêtre loin de la civilisation. À quelques heures de route de Chiang Mai.

Ban Nor Lae, un village de tout repos croulant sous les théiers

Sur la route de Doi Ang Khang, une montagne bien connue au nord de Chiang Mai, se trouve Ban Nor Lae, un petit village qui a su garder un visage authentique. La route qui y conduit est verdoyante à souhait ; partout, on ne voit que des rizières, des plants de thé et des fraisiers plein la colline. Cette ceinture maraîchère enserre des huttes en bois rudimentaires où s’abrite la tribu Palaung. Ban Nor Lae offre un point de vue unique sur la Birmanie.

Sur le chemin du retour, on s’arrêtera dans la station de recherche agricole d’Ang Khang le temps d’une escapade botanique. On visitera les localités de Ban Khum et de Khop Dong. On achètera des articles de broderie pour venir en aide à cette communauté tribale.

Histoire du village

Le village se trouve au sein du Triangle d’Or. Jadis, la culture du pavot fournissait les moyens de subsistance aux paysans locaux. Les Birmans l’achetaient à bas prix aux planteurs et le revendaient à un prix exorbitant. C’est ainsi qu’ils finançaient les guerres militaires.

Quand, vers 1959, Sa Majesté le roi Rama VI fit une reconnaissance du village, il dû s’y rendre en hélicoptère, tant la route de la montagne était infestée de bandits. Pour faire face à ce problème d’insécurité, Rama VI mit en place une station de recherche agricole. L’objectif était d’introduire de nouvelles plantes résistantes au climat extrême des montagnes. Des variétés de fleurs, de légumes et d’arbres fruitiers ont été testées.

Le projet a été couronné de succès. En adoptant les variétés à haut rendement, les tribus montagnardes ont obtenu de meilleures récoltes et leur revenu a progressé. Le pavot, la plante à opium, a été bannie du système de production. La paix a été retrouvée.

Aujourd’hui

À l’écart des tourbillons touristiques de Chiang Mai, le village de Ban Nor Lae respire le calme et la sérénité. Ses habitants sont les Palaung, un groupe ethnique birman qui a immigré dans ces collines. Faible est le nombre de visiteurs, à cause de l’isolement de Doi Ang Kang. Le village n’en est que plus séduisant. La tradition imprègne le quotidien des gens ce qui vous immerge complètement dans la vie des locaux.

Deux heures suffisent pour faire le tour de Ban Nor Lae

Visite de Ban Nor Lae

On recense trois villages ethniques au sein de la montagne : Ban Nor Lae, Ban Khum et Khop Dong. Le village de Ban Nor Lae est le plus reculé des trois. Aux confins du nord-ouest de la Thaïlande, il fait face à la Birmanie.

Quelques kilomètres avant d’entrer au village, la station agricole royale invite à une petite halte. Ici, poussent différentes cultures d’hiver que les agronomes ont pratiquées à titre d’essai. Là alternent les prunes, les framboises, les fraises, les kakis et des légumes en tous genres, destinés à supporter la perte économique du pavot. Avec sa beauté florale et ses hivers frais, la station porte bien son surnom de « petite Suisse de la Thaïlande ».

Deux choses marqueront l’esprit des visiteurs en gagnant la localité de Ban Nor Lae, accrochée au sommet de la montagne. La première est la douceur du climat ; quelle que soit la saison, la température se stabilise autour de 16o C, bien loin des étuves thaïlandaises. Le conservatisme de la société n’est pas moins frappant. Fait rare en Thaïlande, les Palaung portent des tenues traditionnelles aux tons criards. Peu d’entre eux parlent le thaï officiel ; à la place, ils ont adopté une langue propre à leur tribu. Transmises de père en fils, les croyances bouddhistes donnent lieu à des fêtes périodiques rigoureusement observées.

Vous apprécierez de vous promener au milieu des plantations de thé. Selon la saison, vous pourrez assister à la récolte des feuilles par les fermiers. Aux théiers se succèdent des champs de maïs, de café et de patate douce. Face au problème de la fertilité, les Palaung respectent le principe de la rotation culturale. Cela leur évite d’investir dans des engrais coûteux pour amender le sol, allégeant du même coup les charges d’exploitation. Après une leçon d’agriculture durable, laissez-vous tenter par les gourmandises locales. Les grillades de patate douce sont un vrai délice !

Sur la route du retour, dirigez-vous vers les vergers de fraise en prenant le virage à droite. On y vend des fraises en entier ou sous forme de jus naturel. S’y ajoutent des articles de vannerie : sacs, chapeaux en osier, bijoux artistement tressés, et bien d’autres. A l’horizon, on voit se dessiner la Birmanie et le bourg de Ban Nor Lae noyé dans la verdure.

Informations pratiques

Quand partir

Ban Nor Lae se visite principalement en hiver et au printemps. De novembre à avril, le ciel est dégagé, ce qui garantit une vue spectaculaire pour les photographes.

Comment s’y rendre ?

Pour gagner le village, il n’y a que deux solutions de transport : la voiture ou le songthaew. Si vous choisissez la première option, prenez l’autoroute 107 qui relie Chiang Mai à Fang. En arrivant au marché Mae Kha après avoir parcouru 137 km, vous tomberez sur un carrefour routier. Tournez à gauche et continuez tout droit sur 25 km. Ensuite, vous verrez apparaître un panneau pointant en direction de Doi Ang Kang. Il suffit d’emprunter ce sentier. Le village de Ban Nor Lae se trouve à la fin du sentier. Si vous avez peur de vous perdre, demandez le chemin aux passants.

Activités sur place

Sans parler de la tribu montagnarde, la route vers Ban Nor Lae est elle-même une attraction. Les pistes montagneuses se prêtent à la pratique de la grimpe, du quad et du VTT.

Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Emelyne de "Sawa'discovery". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
04 48 54 00 42