Mae Sariang

Aux limites du pays birman, la ville verte de Mae Sariang, à deux cents kilomètres de Chiang Mai, attire les amoureux de la nature. Rideau sur les points d'intérêt de la destination.

Rizières verdoyantes, rivières au cours impétueux, village de tribu Karen, troupe d'éléphants errant librement dans le parc de Salawin… Mae Sariang a tout l'air d'un paradis de randonnée. Le bourg en lui-même n'est qu'un bassin rizicole où des maisons au toit de chaume parsèment des rizières inondées. Mais, dans les environs, le relief est accidenté, avec des falaises rocheuses de plus de 800 mètres et des cours d'eau turbulents, comme les aiment les adeptes de rafting. C'est cependant l'environnement sauvage de Salawin, avec ses forêts denses intactes faisant penser à une scène de Moogly, qui fait surtout de Mae Sariang une étape intéressante lors d'un circuit à Chiang Mai. Deux produits touristiques à découvrir : l'écotourisme et l'immersion culturelle.

Bref descriptif de la ville

Mae Sariang est un pays de douce vallée au nord-ouest de la Thaïlande, traversé par le lac de Yumam. Il est compris dans le territoire administratif de Mae Hong Son, province thaïlandaise touchant aux portes du Myanmar, à 200 kilomètres seulement de la prestigieuse cité de Chiang Mai. En prenant les transports en communs, cela vous prendra 4 heures et demie de bus en provenance de Chiang Mai, contre 5 heures de bus en provenance de Mae Hong Son.

Le recensement de 2005 indique un effectif de 9 968 habitants répartis dans 9 villages. La riziculture vivrière emploie la majorité des actifs. En s'aventurant dans les collines environnantes, les vergers de thé, de maïs et de café remplissent la vue. Ces produits de rente ont pris de l'ampleur à compter des années 90, lorsque le Gouvernement déconseilla la culture du pavot. Auparavant, l'opium était le moteur de l'économie locale.

La vallée plantureuse de Mae Sariang présente une altitude moyenne de 190 mètres. Si vous n'avez à cœur que la randonnée pédestre, il faudra prendre la route du massif montagneux de Thanon Thong Chai, qui est à quelques kilomètres à l'est de la ville. Les jardins de thé parfumé et les rizières en pente sont le signe qu'on s'approche d'un village Karen. Cette tribu autochtone a élu domicile dans les hautes collines du district. Les Karen revendiquent un style de vie en accord avec la nature, ce que trahissent, du reste, leurs humbles logements en bambou, leurs costumes colorés, leurs croyances animistes et leurs techniques agricoles respectueuses de l'environnement.

Les bonnes raisons de visiter Mae Sariang

Voici cinq bonnes raisons de partir à la découverte de Mae Sariang lors d'un voyage à Chiang Mai :

  • Un havre de paix absolu, où l'on peut s'isoler de la foule et se couper provisoirement de la civilisation ;

  • Un grand nombre de fleuves favorisant la promenade en bateau ou encore les sports d'eaux vives (canoë, kayak, canyoning, course en paddle, etc.) ;

  • L'ouverture culturelle en faisant la connaissance de la tribu Karen ;

  • On y rencontre le deuxième arbre de teck le plus haut du Siam ;

  • Deux aires protégées situées à proximité : le parc national de Salawin et le parc national de Mae Ngao.

Si vous vous reconnaissez dans ces types de hobby, Mae Sariang est certainement la destination qui vous ressemble.

Lieux d'intérêt à ne pas manquer

Le parc national de Salawin

S'étendant sur 722 km2, le parc de Salawin abrite une jungle dévorante et généreuse. Il vous attend à 6 km du centre-ville, sur la route entre Mae Sariang et Sop Moei. Forêts vierges presque intactes, décor montagneux à couper le souffle, éléphants s'aspergeant de boue, ballet d'oiseaux aquatiques à découvrir à la faveur d'une excursion en bateau… Le parc est un rendez-vous obligé pour les amoureux de la faune et de la flore.

Le village de Mae Lam Saep

Falaises, ravins et lacs d'altitude font de Mae Lam Saep un but de randonnée intéressant. Pour y arriver, contentez-vous de suivre la route 1194 au départ de Mae Sariang. Le village est à une cinquantaine de kilomètres de distance, aux confins de la Thaïlande et de la Birmanie. À titre d'information, c'est aussi un camp de réfugiés.

Wat Jong Sung et Wat Si Bunruang 

Difficile de rater les deux sanctuaires bouddhistes qui se dressent sur l'avenue principale de la ville. Le premier est sans doute le plus digne d'intérêt. Inauguré vers la fin du XIXe siècle, le Wat Jong Sung est, avec ses stupas élancés et ses monastères en bois de teck, un bel exemple de l'architecture Shan.  

Une statue de Bouddha trônant sur une colline

Joliment perchée en hauteur, cette idole démesurée attire les visiteurs parce qu'elle offre une vue époustouflante sur les rizières et le lac Yumam. Elle se trouve dans l'enceinte du Phra That Jom Thong. À 3 km en dehors du centre-ville.

Meilleure période pour venir

Mae Sariang jouit d'un climat de savane caractéristique. Avril est le mois le plus chaud de l'année (jusqu'à 37^o^ C). La saison de pluie commence en mai et s'achève en octobre, le pic de précipitations étant enregistré au mois de juin. Si vous y allez pour le trek, mieux vaut partir entre le premier et le dernier bimestre de l'année.

Comment se rendre à Mae Sariang ?

Que vous partiez de Mae Hong Son ou de Chiang Mai, vous pouvez recourir aux transports communs pour gagner la localité.

Les transports communs sont de deux types : le taxi collectif (songthaew) et le bus. Les voyageurs pressés jetteront leur dévolu sur les songthaews, quitte à payer plus cher. Ainsi, le bus pour Chiang Mai acceptera de vous embarquer au tarif de 120 bahts (3,36 €), alors que le songthaew, lui, vous demandera 200 bahts (5,6 €). Bien que moins rapides, les bus ont l'avantage de posséder des lieux d'entrepôts de bagages.

Bonjour

Je suis Emelyne de "Sawa'discovery". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
04 48 54 00 42