Wat Phra That Lampang Luang - Guide Thaïlande - Sawa'discovery

Wat Phra That Lampang Luang

Avec ses viharas, ses immenses cloches funéraires et ses images dorées, le Wat Phra That Lampang Luang est le monument le plus connu et le plus visité de Lampang. Un but de promenade recommandé à 15 km de la ville.

Si jamais temple bouddhiste sort du lot dans la Cité des Carrosses, c’est assurément le Wat Phra That Lampang Luang. En raison de croyances superstitieuses, la majorité des pèlerins qui fréquentent le temple sont nés sous le signe du bélier. C’est un spectacle enchanteur de les voir prier, murmurer des mantras et faire cercle autour du stupa principal qui prétend abriter un cheveu du Seigneur Bouddha. Les façades en bois de teck, les fresques murales, les sculptures de bas-relief, les mosaïques de verre colorées témoignent de l’excellente qualité de l’art Lanna. À part cela, le temple plaît par le mélange de différents styles architecturaux qui ont marqué le bouddhisme thaïlandais. À notre avis, et tous les voyageurs en conviendront, le Wat Phra That Lampang Luang est un adorable temple historique qu’il ne faut pas manquer lors de votre prochain voyage dans la ville du même nom.

Histoire du temple

Le nom du sanctuaire tire son origine d’une mystérieuse légende. Le promontoire sur lequel se dresse le bâtiment a été le résultat d’un chantier ; le rempart fortifié qui le protège date du xviie siècle, à l’époque où les Birmans étaient les maîtres de la région. Cependant, la légende fait remonter la fondation du bâtiment avant le début de l’ère chrétienne. Bouddha lui-même, en se rendant sur la place, y aurait fait tomber une mèche de ses cheveux. Après sa mort, des fragments de ses os auraient été rassemblés ici. Un chedi a été conçu spécialement pour abriter ces reliques. D’où le nom du Wat Phra That Lampang Luang dont le sens en français est rendu par « sanctuaire aux reliques sacrées du Bouddha de Lampang ».

Aujourd’hui

Qualifié de temple bouddhiste de premier choix par Lonely Planet, le Wat Phra That Lampang Luang est un incontournable à voir et à visiter dans la cité de Lampang. Les bâtiments sont chargés d’histoire, avec des délicates boiseries et des détails intéressants sur le plan architectural, sculptural et pictural qui expriment la grandeur du royaume Lanna. Les pièces artistiques principales sont illustrées d’explications en thaï et en anglais.

À la découverte du temple

Pour accéder à l’enceinte du temple, les touristes sont priés d’emprunter un long escalier encadré par deux serpents à tête de dragon servant de garde-fous. Une fois les chaussures enlevées, les jambes et les épaules bien couvertes (il y a un service de prêt de sarong pour les dames), la porte du temple s’ouvre aux visiteurs.

Le viharn Luang

Achevé en 1476, le viharn a la particularité est d’être exposé aux vents, à la différence des salles de réunions des monastères bouddhistes du Nord qui sont pour la plupart pourvues de cloisons. Toiture à trois étages de couleur rouge vif. Peintures murales relatant les épisodes célèbres de la vie du prince Jataka (nom sous lequel Bouddha était connu avant d’atteindre l’éveil).

Le Phra Chao Lan Thang

Tout au fond du viharn trône le khu, une structure pyramidale richement ornée, à l’intérieur de laquelle il faut découvrir le Phra Chao Lan Tong, le Bouddha le plus sacré du temple. Taillée en 1563, la statue mélange subtilement les influences Sukhothai et Chiang Saen.

L’imposant chedi

S’élevant à plus de 45 mètres de haut, un chedi en forme de campanile trône derrière le viharn. C’est l’attraction numéro un des visiteurs pour plusieurs raisons. Outre le fait que le chedi est le tout premier bâtiment du temple, il intrigue par sa teinte distinctive. La cloche est d’un bleu nuit nuancé de figures géométriques en jaune d’or. La dominance des couleurs chaudes sur les couleurs claires est assez inhabituelle en Thaïlande. Selon les croyances populaires, une mèche de chevelure du Bouddha est gardée à l’intérieur. Le spectacle des fidèles qui prient les mains jointes en faisant trois fois le tour du clocher impressionne les Occidentaux. Une partie du chedi porte des traces de balle qui rappellent les épisodes de violences au xviie siècle, lorsque le guerrier Thippachak a pris les armes contre les Birmans.

Le viharn Nam Taen

En sortant du chedi, dirigez-vous dans le viharn Nam Taen. Si l’édifice est d’origine plus récente que le chedi, les fresques décoratives à l’intérieur comptent parmi les plus anciennes du Siam. Les peintures sont authentiques, n’ayant pas fait l’objet d’une quelconque restauration. De part et d’autre du chedi se dressent trois autres chapelles en bois de teck poli : le viharn Phra Sao Sila, le viharn Ton Kaeo et le viharn Phra Put.

Le viharn Phra Put

Le viharn au sud de la pagode mérite un arrêt, ne serait-ce que pour voir le phénomène optique qui se produit à l’angle du mur. Lorsqu’elle est fermée, la porte de la chapelle laisse passer les rayons solaires, et ces mêmes rayons renvoient l’image inversée de la pagode sur le mur. Cette « camera obscura » est magnifique par temps clair, elle l’est beaucoup moins lorsque le ciel est nuageux.

La chapelle Ho Phra Phuthabat

Poursuivez votre visite en faisant le tour de la chapelle Ho Phra Phuthabat, juste à côté du viharn Phra Put. Achevée au xiiie siècle, elle est l’une des plus anciennes structures du monastère. À cause d’une regrettable superstition, l’accès du temple est interdit à la gent féminine. Retrouvez à l’intérieur l’empreinte de pied du Seigneur Bouddha. Sinon, le phénomène de camera obscura s’observe également derrière la porte en bois massif de la chapelle, car une petite ouverture laisse place à la lumière.

Bon à savoir avant de partir

Prix et horaires d’ouverture

Le temple est ouvert quotidiennement de 7 h à 18 h, en dehors des jours fériés. Aucuns frais d’entrée, mais les dons spontanés de la part des visiteurs seront les bienvenus.

Quand y aller ?

Si vous craignez la foule, allez-y en semaine plutôt que le week-end. Evitez le temple durant les festivals bouddhistes.

Comment s’y rendre ?

Wat Phra That Lampang Luang est situé à Ko Kha, une petite ville au sud-ouest de Lampang. Pour franchir les 18 km de route qui séparent le temple du centre urbain, les plaisanciers ont le choix entre la fourgonnette bleue et le taxi (pas de transport public). La première option est la moins chère. Vous en serez quitte pour environ 80 baths ou 2,24 euros : 60 baths pour payer la course du songthaew de Lampang jusqu’à Ko Kha ; 20 baths pour rejoindre le temple en mototaxi au départ de Ko Kha sur un trajet de 3 kilomètres. Le transport aller-retour en taxi depuis le centre de Lampang est plus commode et plus pratique.

Dans les alentours

Vous avez apprécié la promenade au Wat Phra That Lampang Luang ? Dans les environs, d’autres sites touristiques valent un petit arrêt :

- Le Wat Lai Hin, situé près de Koh Ka, à moins de 10 km du temple précédent ;

- Le marché nocturne de Kad Kongta ;

- Le Wat Phra Kaeo Don Tao, connu pour son remarquable chedi ;

- Le musée de céramique de Dhanabadee.

Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Emelyne de "Sawa'discovery". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
04 48 54 00 42