Wat Phra Kaeo

Dominant le centre historique de Bangkok , le Wat Phra Kaeo, plus connu sous le nom de temple du Bouddha d' émeraude , est un bijou architectural du Pays du Sourire.

Regorgeant de temples et de statues autant qu'une ruche regorge d'alvéoles, Bangkok porte bien son nom de « Cité des Anges ». Le Wat Phra Kaeo est un temple immanquable de la capitale. Sa fondation en 1783 s'inscrit dans un contexte de changement politique, lorsque la maison Chakri a conquis la couronne du Siam. Qui n'apprécierait pas les chefs-d'œuvre de l'art Rattanakosin ? Qui n'aimerait pas se joindre aux festivités royales du temple ? L'anniversaire de Sa Majesté, le Nouvel An thaïlandais et le renouvellement du manteau d'or du Bouddha y sont célébrés en grande pompe. Mais la réputation du Wat Phra Kaeo repose avant tout sur le Bouddha d'Émeraude, fabriqué en pierres fines de couleur verte, qui trône au fond de son Ubosot. Ce vaste complexe religieux est localisé au sein du Grand Palais , le long du fleuve Chao Phraya.

Notes historiques

Son nom officiel est Wat Phra Si Rattana Satsadaram. La communauté bouddhiste l'appelle Wat Phra Kaeo. Les touristes, quant à eux, le désignent par la statue grandiose qu'il abrite : le Temple du Bouddha d'Émeraude.

Quand Rama Ier s'est autoproclamé roi en 1782 à la place de Taksin, fondant par cet acte la dynastie Chakri , il se mit en tête de déplacer sa capitale. Bangkok a volé ce titre à Thonburi. Or, la nouvelle capitale réclame un palais et un temple convenable. Rama Ier aurait très bien pu se contenter du vieux palais de Thonburi, qui ne manque pas de charme. Mais ce dernier était trop petit à son goût et un projet d'agrandissement était inconcevable.

Le temple Wat Phra Kaeo était une dépendance annexe du palais, lui-même situé à l'intérieur d'une citadelle fortifiée, que l'on connaît actuellement sous le nom de Rattanakosin Island. Le chantier fut ouvert dans l'année qui suivi l'investiture du roi. Le hall d'ordination est le tout premier bâtiment du complexe. Au moment où les travaux de maçonnerie du temple étaient menés à bien dans leur intégralité, la résidence royale était encore en bois. Tel fut le dévouement religieux de Rama Ier. Il l'acheva en deux ans. La famille royale venait prier et se recueillir dans le sanctuaire, à l'exclusion de toute autre personne. Comme le Wat Phra Kaeo faisait partie du domaine privé du roi, il ne comportait pas d'appartements monastiques. Aucun moine n'avait le droit d'y résider. Mais des moines bouddhistes issus des quatre coins du pays ont été convoqués pour s'occuper des tâches rituelles dans le temple.

Après sa mort, les souverains qui ont succédé à Rama Ier se sont appliqués à agrandir le sanctuaire et à lui donner un air de jeune, chacun ajoutant une pierre à l'édifice. Si Rama Ier entendait par cette construction légitimer le pouvoir de la dynastie naissante, il est arrivé à ses fins. Plus qu'un simple symbole monarchique , le Wat Phra Kaeo est reconnu comme l'une des plus belles réussites de l'architecture thaïe.

L'orgueil d'héberger le Bouddha d'émeraude n'a pas été donné qu'au Wat Phra Kaeo. Par le passé, c'était le temple du grand stupa de Chiang Mai (Wat Chedi Luang) qui a conservé le précieux dépôt. Après un tremblement de terre qui s'abattit sur le stupa en 1545, le Bouddha d'Emeraude a rejoint en 1551 un temple bouddhiste du Laos. Ensuite, le Wat Arun, le temple royal de Thonburi, en a été le dépositaire. La date du 22 mars 1784 est gravée en lettres d'or dans l'histoire du temple : tout Bangkok était en fête lors du transfert du Bouddha d'émeraude au Wat Phra Kaeo.

Description du temple du Bouddha d'émeraude

La beauté exceptionnelle du site excède les mots connus. Lieux sacrés les plus visités de Bangkok. Complexe de temples.

Le Wat Phra Keo se présente comme un gigantesque complexe religieux. On relève, entre autres bâtiments remarquables, le hall d'ordination, à l'intérieur duquel se trouve le Bouddha d'Emeraude, la pièce maîtresse du complexe ; des viharns, une douzaine de pavillons aux fines colonnades, des galeries de statues de Bouddha, une bibliothèque de textes sacrés, des portes monumentales et des chedis aux airs de clocher.

Le Bouddha d'Émeraude

Au cours de la visite, vous remarquerez certainement le joyeux attroupement des touristes à l'ouest de la salle d'ordination. L'objet de cet attroupement n'est autre que la statue du Bouddha d'Émeraude ou Phra Kaeo Morakot. Drapé d'un manteau d'or, le Bouddha s'assied en position de lotus, les jambes écartées et croisées, dans l'attitude d'un moine en pleine méditation.

Le nom de la statue induit plus d'un en erreur : ce vert brillant est en réalité du jade et non de l'émeraude. Le Bouddha d'Émeraude est perçu comme la représentation la plus sacrée de l'idole. Les fidèles le vénèrent en tant que palladium de la Thaïlande. Les voyageurs du monde entier se pressent au portillon du temple dans l'unique but d'admirer cette statue de jade de 66 cm de haut.

La statue repose sur un socle surélevé par une volée de marches. De nombreux rois ont fait cadeau au temple d' une série d'images de Bouddha et de pièces artistiques d'exception. Elles ont été placées de part et d'autre du socle du Bouddha d'Émeraude :

  • Admirez les deux vases en marbre et la chaire de prédication , léguées au temple en 1908 de la part d'un roi d'Europe ;
  • À droite du Bouddha d'Émeraude se tient le Phra Phuttha Yotfa Chulalok , une statue de Bouddha debout, montrant les paumes de la main pour apaiser les flots. Elle est richement ornée de diadème, de collier, de bagues, de bracelets et d'autres insignes d'apparat ;
  • À gauche du Bouddha d'Émeraude, vous découvrirez une statue copie conforme de la précédente, le Phra Phuttha Loetla Naphalai. La donation des deux statues a été rendue publique par une proclamation royale de Rama III;
  • Observez également les dix autres bouddhas situés au centre du socle. Ces images évoquent l'attitude de Bouddha calmant la fureur des flots, mais elles représentent également les membres influents de la dynastie Chakri.

Les galeries des statues de Bouddha

Après avoir fini de contempler le Phra Kaeo Morakot, promenez-vous au sein des galeries à l'est de l'Ubosot. Quarante-deux petits bouddhas en cuivre sont exposés sur les murs. Ils ont été commandés par Rama III ; quand Rama IV a pris la succession du trône, il leur a ajouté un revêtement d'or. À l'intérieur des galeries se trouve un petit stupa en or, qui lui-même conserve une précieuse relique de Bouddha.

La maquette du temple khmer d'Angkor

À l'exception du Bouddha d'Émeraude, une autre curiosité retient l'intérêt de la foule : la maquette du site archéologique d'Angkor. Elle est exposée au nord de la bibliothèque. La création de cette copie vient d'une initiative de Rama IV, lorsqu'il désira transporter les monuments khmers d'Angkor à Bangkok. Forcé d'admettre que ce projet était tout bonnement impossible, il se consola en demandant de créer un modèle d'Angkor à plus petite échelle. L'imitation est totalement réussie, à en juger par le hourra des visiteurs.

Infos pratiques

Dates et horaires d'ouverture

Le temple est ouvert tous les jours de 8 h 30 à 15 h 30, hormis les jours fériés.

Prix d'entrée

Le droit d'entrée pour les étrangers est fixé à 500 bahts, soit l'équivalent de 14 euros. En payant cette somme, vous pourrez visiter à la fois le musée du Textile de la reine Skirit et le temple du Bouddha d'Émeraude.

Comment s'y rendre ?

Le temple siège à l'intérieur du Grand Palais, sur la rive est de la rivière Chao Phraya. Vous pourrez l'atteindre en bus ou en bateau. La seconde option est la moins chère et la plus ludique pour y aller. Débarquant à la jetée Tha Chang Pier, descendez du bateau et partez à la rencontre de la statue de Bouddha la plus sacrée de la Thaïlande.

Bonjour

Je suis Emelyne de "Sawa'discovery". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
04 48 54 00 42