Wat Ban Tham

Situé aux abords du fleuve Mae Klong, le Wat Ban Tham ou Temple du Dragon figure parmi les attractions les plus insolites de Kanchanaburi. Le point.

Kanchanaburi abrite un nombre incalculable de temples et de monastères. Mais le Wat Ban Tham, juste au sud de la ville, n’est pas un monument bouddhiste comme les autres. L’ambiance relève plus d’un parc d’attraction que d’un lieu de culte. C’est le moins qu’on puisse dire, lorsqu’on monte l’escalier rouge aux rampes bleues, puis, entrant dans la gueule d’un dragon, on traverse son corps en spirales, paré de peintures mythologiques, pour aboutir enfin dans la demeure de Bouddha qui est… une grotte rocheuse ! Il ne s’y trouve non pas une, mais une dizaine de grottes. Les visiteurs salueront le Wat Ban Tham comme l’un des temples les plus curieux de Kanchanaburi, qui est elle-même une destination phare de la Thaïlande de l’Ouest. À visiter absolument pendant votre séjour !

Notes du passé

Le temple-grotte existait déjà à l’époque du royaume de Sukhothai. Malheureusement, la fondation de l’édifice a été peu documentée, et on est obligé de s’en tenir aux légendes. Le mérite de la découverte revient à un riche négociant de la ville. Il fit part de sa trouvaille à Luang Po Thong et invita celui-ci à y rester. Luang était un moine très célèbre, et en tant que tel, il avait besoin d’un coin isolé, à l’écart du bruit et de la foule, pour méditer à son aise. Les grottes offraient un refuge parfait pour les exigences de la vie monastique.

Luang Po Thong accepta de bon cœur l’invitation du marchand et se retira dans la grotte. Un jour, il rencontra une pie et il lui apprit le langage des humains. À compter de cet instant, dit la légende, une bande de pies rôda continuellement aux alentours de la grotte.

Un monastère moderne a été construit à un jet de pierre de la caverne. Vingt moines locaux y résident, tandis que la caverne historique continue d’être utilisée pour les prières et les méditations.

Description du temple

Le Wat Ban Tham s’organise en trois parties dans son ensemble et ses différents compartiments. La première partie est l’escalier de fer, de forme rectiligne, construit récemment en 1995. Cet escalier vous conduit à la bouche du dragon ; vous traversez ensuite le corps du dragon en montant les marches en colimaçon. Jetez un regard attentif aux peintures murales qui mettent en scène la légende du Jataka. En sortant à l’arrière du dragon, vous parvenez à l’entrée de la grotte principale. Là finit la deuxième partie. Les plus courageux poursuivront la montée jusqu’au sommet qui forme la troisième et dernière partie du temple. La récompense est la vue imprenable sur le fleuve, les rizières et la végétation arborée.

Les attractions majeures du Wat Ban Tham

L’escalier métallique

L’escalier haut en couleurs a quelque chose d’amusant et de ludique. Difficile de résister à ce reptile fantastique qui vous fixe de ses yeux bleus aux sourcils rouges. Mais si vous pensez que le dragon à l’entrée est là pour fournir une attraction pure et simple, vous êtes loin du compte. Les nagas sont des êtres mythologiques profondément vénérés dans la religion bouddhiste. Il s’agit de divinités serpentiformes à tête de dragon. Les nagas tenaient compagnie au Seigneur Bouddha dans ses exercices de contemplation. Ils surveillaient les points de passage entre le monde des hommes et le monde des dieux.

La grotte du dragon 

Au bout du tunnel, le visiteur accède à une vaste grotte de stalactites et de stalagmites. Elle est localement appelée Tham Khuha Mangkon Sawan ou « sanctuaire de la fertilité ». À l’intérieur de la cavité, vous découvrirez le Luang Po Yai Chinnarat, une statue solennelle de Bouddha qui aurait été fondue au xive siècle à l’époque du royaume d’Ayutthaya. Il est une copie conforme du Phra Phuttha Chinnarat, le très illustre bouddha de Phitsanulok. Conçu sur le modèle des bouddhas d’Ayutthaya, le bouddha de Luang Po Yai Chinnarat est assis en position de lotus, la main gauche posée sur le genou et la main droite touchant le sol pour invoquer la Déesse Terre contre l’armée de Mara. Si vous arrivez au bon moment, vous aurez la chance d’admirer l’idole baignée par les rayons du soleil. D’adorables petits bouddhas sont disséminés dans la salle. Contre toute attente, ils sont d’apparence féminine.

À part ce bouddha colossal, une stalactite placée à l’angle de la salle réclame votre attention : là réside l'esprit de Bua Kli, une des nombreuses épouses du gouverneur Khun Paen, un héros légendaire de Kanchanaburi. Bua Kli a été morte en accouchant de son enfant. D’après les croyances locales, l’esprit de la malheureuse hanterait encore les lieux ; des couples en quête de descendance ou faisant face à un problème de stérilité se recueillent aux pieds de la stalactite. Ils déposent des jouets, des layettes ou des grenouillères pour enfants en guise d’offrande avec l’espoir de recevoir la bénédiction de Bua Kli.

Le sommet

Après avoir fait le tour du sanctuaire de la fertilité, il faut remonter l’escalier en colimaçon pour arriver au sommet. L’ascension passe par une grotte rocheuse de taille moyenne, des images de Bouddha et une série de petites grottes aménagées en salles de méditation. Au prix de quelques efforts, vous viendrez à bout des 700 marches pour voir un magnifique stupa doré qui domine la montagne. Cependant, la plupart des visiteurs ne sont attirés ni par le stupa, ni par son allure de clocher, ni par les deux bouddhas en position de lotus que le serpent Mucalinda, le roi des nagas, couvre de ses sept capuchons. La raison de la visite est le joli coup d’œil sur le fleuve Mae Klong et les paysages environnants.

Infos pratiques

Prix et horaires d'ouverture

Accès libre. Les horaires d’accueil des visiteurs sont compris entre 8 h et 17 h.

Code de bonne conduite

Une tenue décente est de mise pour accéder à la grotte et aux autres salles de prière. Les jambes et les épaules doivent être couvertes.

Comment s'y rendre ?

Le Wat Ban Tham occupe la rive est de Mae Klong, à près de 9 km de Kanchanaburi. Sauf erreur de notre part, aucun bus direct ne dessert le site depuis le centre-ville. Rendez-vous à la gare routière de Kanchanaburi et prenez le prochain bus pour Tha Muang. Une fois descendu à Tha Muang, vous serez obligés de louer un transport privé pour vous rendre au Temple du Dragon. Les hôtels locaux sont nombreux à proposer des services de location de voiture, de vélo ou de moto.

Dans les environs…

À quelques kilomètres de là, deux autres pagodes méritent le détour : le Wat Tham Suea et le Wat Tham Khao Noi. Tous deux sont situés au-dessus d’une même colline. Il est d’usage de les visiter au cours d’une demi-journée d’excursion qui inclut également le Temple du Dragon. Cette excursion peut se faire à bord d’un tuk-tuk ou d’un songthaew réquisitionné à titre privé. Il vous faudra débourser entre 600 et 800 baths, soit dans les 20 euros.

Vous aimerez également la promenade sur le pont de la rivière Kwai, tristement connu pour être le théâtre des violences et des injustices commises par les forces japonaises au cours de la Guerre de 1945.

Temple
3 photos

Bonjour

Je suis Emelyne de "Sawa'discovery". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
04 48 54 00 42