Grand Parc d'Oiseaux Aquatiques de Thale Noi - Guide Thaïlande - Sawa'discovery

Grand Parc d'Oiseaux Aquatiques de Thale Noi

À l’abri du tourisme de masse, le grand parc d’oiseaux aquatiques de Thale Noi est un rendez-vous obligé des naturalistes en vacances dans le sud de la Thaïlande. Le point.

Le lac de Thale Noi n’a pas volé son surnom de « petite mer intérieure ». Si vous êtes mordus de photographies animalières, le lac en a beaucoup à revendre. La province de Phatthalung s’enorgueillit de posséder cette réserve sauvage, qui est aussi le plus grand refuge d’oiseaux aquatiques de la Thaïlande. Différentes espèces aviaires colonisent les zones saumâtres et marécageuses, des plus communes comme le héron garde-bœufs ou le cormoran jusqu’aux plus rarissimes, comme le pied-de-biche masqué ou le canard plongeur menacé de disparition. Observation d’oiseaux, capture en photo des buffles et des éléphants, balade en bateau au milieu des lotus roses, visite de villages de pêcheurs… Le lac de Thale Noi réunit tous les atouts d’une destination d’écotourisme.

Un peu d’histoire

Faussement désigné « petite mer », Thale Noi compte parmi les plus grands lacs naturels d’Asie. Ce nom a été retenu pour le différencier du lac Songkhla voisin, qui est « la grande mer ».

Le lac de Thale Noi est la première zone sauvage thaïlandaise soumise à une interdiction de chasse. La déclaration comme « aire protégée » est intervenue le 13 mai 1998. Les mesures de protection se justifient par un double argument. D’une part, le Gouvernement entend développer le tourisme naturel. L’abondance extraordinaire de la vie sauvage autorise ces ambitions. La région du Thale Noi et du Songkhla abrite le plus riche écosystème de zones humides du pays. L’humidité explique la diversité des habitats naturels, allant des palétuviers aux forêts typiques de Melaleuca, en passant par les joncs, les marais salants et les vastes rizières. Elle se trouve également à l’origine de la densité élevée de l’avifaune sur le site. Le parc ne manquera pas d’attirer aussi bien les simples touristes que les ornithologues et les biologistes chercheurs. D’autre part, la conscience écologique s’est réveillée à partir des années 80. Le Département royal des forêts reconnaît le lac de Thale Noi comme un site d’importance mondiale pour la nourriture, la nidification et la reproduction des oiseaux migrateurs.

Malheureusement, si la réserve naturelle de Thale Noi a le mérite d’abriter une biodiversité rare et parfois unique au monde, cette biodiversité est aujourd’hui menacée. Par suite de l’abattage et de la détérioration des forêts, beaucoup d’espèces de tortues, de reptiles et d’oiseaux figurent sur la liste rouge de l’IUCN. Les scientifiques ne donnent, par exemple, qu’une dizaine d’années à vivre à l’Aythia Baeri, un canard d’Asie au dos sombre et au ventre blanc, et à la loutre cendrée.

Aujourd’hui

Très peu de touristes étrangers connaissent la réserve ornithologique de Thale Noi. L’excursion n’en est que plus séduisante, car vous pourrez profiter pleinement de la magie de l’endroit.

Visitez ce paradis de la gent ailée, pendant qu’il est encore temps, car plusieurs espèces sont considérées menacées, voire en danger d’extinction. La pollution industrielle, la surpêche, l’expansion des rizières et des fermes de crevettes sont les principaux facteurs responsables de la destruction des habitats naturels, qui menacent la santé et la survie de la biodiversité. Aussi, les visiteurs du parc d’oiseaux aquatiques de Thale Noi font bien plus que du tourisme de plaisance. Ils rendent parallèlement service à la biodiversité, car les droits d’entrée collectés seront employés à financer les actions de conservation.

Points d’intérêt du lac Thale Noi

Le premier site Ramsar de la Thaïlande tient toutes ses promesses. À part la détente nature, on peut découvrir l’artisanat des femmes locales, s’essayer à la pêche ou acheter les produits du terroir dans le cadre d’un tourisme solidaire.

Observation d’oiseaux

À Thale Noi, les visiteurs passent le plus clair de leur temps à guetter les oiseaux. Pas moins de 150 espèces d’échassiers migrateurs y font halte chaque hiver pour reprendre des forces avant de poursuivre leur voyage en Australie, en Indonésie ou en Afrique du Sud. Difficile de manquer le ballet des flamants roses, des cormorans ainsi que des hérons pourprés. Le Bubulcus Ibis au plumage blanc est régulièrement aperçu en compagnie des buffles. Opportuniste, il se fait un festin des tiques et des mouches présentes sur les bovins. Ce phénomène de migration se déroule entre décembre et avril. Les colonies viennent d’aussi loin que les régions de Sibérie, du Sumatra et d’Australie. Vous n’observerez une telle concentration d’oiseaux nulle part ailleurs au pays du sourire.

Promenade au milieu des nénuphars roses

La promenade en bateau est aussi un prétexte pour étudier les espèces végétales flottantes. Par endroits, les nénuphars roses, les lotus bleus ou blancs et les flocons de neige aquatique transforment le lac en un tapis coloré. Cet écosystème de macrophytes abonde en petits insectes et en phytoplanctons dont les oiseaux se gavent à cœur joie. En progressant dans les forêts de mangrove, les paysages changent. Le mélange entre l’eau douce et la mer attire des espèces adaptées aux eaux saumâtres et au caprice des marées. Crabes, crevettes et autres crustacés pullulent dans les palétuviers. En optant pour un tour accompagné, vous pourrez en apprendre davantage sur les espèces rencontrées, leurs particularités et leur valeur médicinale ou encore gastronomique.

Immersion culturelle au village de Baan Thale Noi

L’inspection des volatiles terminée, faites un petit tour au Baan Thale Noi qui borde les rives du lac éponyme. Les dames du village se sont spécialisées dans l’art de la vannerie. La matière première n’est autre que le roseau, fraîchement cueilli près des lagons et des marécages. Les travailleuses savent en tirer des articles de qualité, comme des sacs à main, des chapeaux, des corbeilles, des nattes ou encore des tapisseries de maison.

Village de pêcheurs de Laem Chong Thanon

Si vous avez plus de temps, prenez la route pour Laem Chong Thanon, une humble communauté de pêcheurs à 39 km de Phattalung. L’attraction du village est à observer dans les techniques de pêche artisanale. On attend patiemment devant les pièges à poissons largués au milieu des eaux. L’agitation des pêcheurs en remontant les casiers, puis en évacuant les poissons dans les glacières est un spectacle à part entière. Vous partagerez un repas de fruits de mer avec les riverains, préparé à partir des prises de la journée.

Infos pratiques

Droit d’entrée

L’entrée du parc est gratuite. Toutefois, il est indispensable de louer les services d’un bateau pour explorer le lac et approcher les oiseaux aquatiques. Une heure de pirogue coûte dans les 400 THB (11,2 € environ).

Quand partir ?

C’est entre janvier et avril que le lac enregistre le maximum d’arrivées touristiques. Le choix de cette date est motivé par le plaisir de voyager par temps sec, mais surtout par la simultanéité avec la migration des oiseaux. La floraison des lotus et des nénuphars rend magique la promenade en barque.

Gardez-vous cependant d’y aller les week-ends et les vacances scolaires si vous ne voulez pas étouffer sous une horde de touristes thaïlandais.

Comment s’y rendre ?

Le parc ornithologique de Thale Noi est situé à l’extrême-sud de Thaïlande, à 7 heures de route de Phuket et à 23 km au nord de Phattalung. Il est facile de s’y rendre, que ce soit dans le confort d’une voiture privée ou les transports communs au trafic démentiel. Pour ceux qui prennent le minibus, le point de ramassage des voyageurs est la gare de Trang. Le trajet dure 1 heure et demie au prix de 120 bahts, soit 3,36 € environ. Si vous avez l’intention de visiter Phattalung avant la chasse photo des oiseaux, le prix du bus pour Thale Noi est fixé à 70 bahts (1,96 € environ).

Dans les environs

Non loin du parc ornithologique, d’autres sites naturels d’exception sont également à voir :

  • le lac de Songkhla, situé à 10 km au sud de Thale Noi ;
  • la Khao Ok Thalu, une butte montagneuse de 177 m de haut ;
  • les cascades de la région, comme celle de Phrai Wan.
Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Emelyne de "Sawa'discovery". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
04 48 54 00 42