Thale Noi Waterbird Park

Hébergeant d'innombrables variétés d'oiseaux, le lac Thalé Noi, au sud du golfe de la Thaïlande, est un rendez-vous obligé pour les amoureux de vie sauvage. Revue de détail.

Connue pour sa biodiversité unique et précieuse, la terre d'aventure qu'est la Thaïlande recèle un kaléidoscope de réserves naturelles. Si la science des oiseaux vous intéresse, prenez la route du sud de Phattalung et dirigez-vous vers le lac Thalé Noi, le plus grand sanctuaire ornithologique du pays. Un havre de paix magique pour ne faire qu'un avec la nature et observer l'avifaune au quotidien. Pas moins de 180 espèces d'oiseaux d'eau nichent, s'accouplent et se reproduisent dans la réserve, des plus communes comme la cigogne et le flamant rose jusqu'aux plus rares comme le jacana d'Afrique au plumage doré. D'une richesse biologique exceptionnelle, le lac offre un banquet garanti à la gent ailée, en particulier les oiseaux migrateurs. Pas d'excuse, le Thale Noi Water Bird Park, comme on l'appelle également, n'étant qu'à 5 heures de voiture de Phuket.   

Le lac de Thale Noi, un paradis protégé

Le Thalé Noi Water Bird Park a été créé en 1975, dans un contexte où la sanctuarisation des zones sauvages était au cœur des préoccupations gouvernementales. Le Traité de Ramsar l'a inscrit de bonne heure sur la liste des zones humides. À ce titre, la chasse et le braconnage sont interdits dans l'enceinte du parc.

Le discours sur l'importance des zones humides pour assurer la survie des oiseaux indigènes et migrateurs a réveillé les consciences. Mais est-ce le seul mobile qui encouragea le chef du Département royal des forêts à étendre le statut de zone humide au monticule Kuan Ki Sian en 1998 ? Les motifs invoqués étaient la nécessité de défendre les précieuses espèces animales auxquelles le site servait d'habitat naturel et de zone de reproduction. La surface de la zone était de 4,94 km2. Mais la volonté de développer le tourisme local a été également déterminante. Pour preuve, la gestion du sanctuaire d'oiseaux interpelle la collaboration entre le gouvernement central et la communauté.

Tourisme au lac de Thale Noi

Depuis que l'écotourisme est devenu un phénomène de mode, le lac de Thalé Noi connaît une forte fréquentation. Les riverains lui prêtent le surnom de « petite mer », appliquant le terme de « grande mer » à celui de Songkhla, accessible à 10 km plus loin.

Des familles de fermiers se sont installées dans la zone, vivotant grâce à l'exploitation des ressources naturelles de la réserve. La pêche y est active, les autres moyens de subsistance étant la riziculture, l'élevage bovin et la vannerie. Les femmes confectionnent des sacs à main et des tapis en osier. Le tourisme crée des opportunités d'emploi, en ce sens que 200 000 visiteurs y viennent chaque année pour rendre hommage aux oiseaux.

Le festival des oiseaux

Incroyablement riche en vie sauvage, le lac de Thalé Noi est un nom familier aux acteurs de l'environnement. Long de 5 km et large de 6 km, il occupe une place à part en tant que point chaud de la biodiversité planétaire. D'ailleurs, le terme « lac » est incorrect pour décrire ce complexe de zones humides à couper le souffle. C'est une petite mer intérieure formée de lacs, de milieux vaseux et marécageux et de lagunes. Si ce côté amphibie, où l'eau douce se mélange aux eaux saumâtres, est entretenu par la pluviosité du climat, il explique également la diversité caractéristique du peuplement d'oiseaux sur les lieux. Près de 180 volatiles, c'est tout de même un effectif respectable ! Le ballet des ibis et des flamants roses glissant au milieu des nénuphars est un coup de cœur. Tantôt ils dansent sur eux-mêmes, tantôt plongent le bec dans l'eau pour pêcher de petits insectes ou des mollusques. Les hérons pourpres, les cigognes blanches à la livrée noire et les aigrettes se partageront tour à tour vos cris d'admiration. Ne perdez pas de vue les hôtes des marécages : la sarcelle, le canard de Barbari, ou encore la poule des marais aux ailes bleu violacé, qui saute d'un coin de broussaille à l'autre. La satisfaction de voir les oiseaux aquatiques du monde entier réunis en un même endroit n'a pas de prix.

Beaucoup d'échassiers migrateurs d'Europe et d'Asie passent l'hiver au lac de Thalé Noi pour s'y ravitailler. Ils effectuent le voyage au commencement de novembre jusqu'en avril. C'est à cette période que les curieux d'ornithologie sont invités à se ruer au parc. D'une part, la faune aviaire est on ne peut plus variée. D'autre part, le lotus blanc, le nénuphar et la jacinthe d'eau s'épanouissent de partout, inondant les zones lacustres de pétales éclatantes. Autant cependant vous avertir : les pluies tombent de façon intense et continue ! Mais la récompense vaut la peine, sachant que les colonies viennent d'aussi loin que la Sibérie pour festoyer.

Le système de rivières, de mangroves et de marais salants du Thalé Noi regorge de phytoplanctons et de petites proies aquatiques comme les crabes ou les insectes. Un buffet ouvert à volonté ! En mangeant les particules en suspension ou déposées en sédiments, la gent aviaire participe à l'aération des vasières et à l'équilibre de la chaîne alimentaire. Vous ferez connaissance avec des spécimens rarissimes comme le jacana d'Afrique au plumage de bronze, l'oie pygmée en coton et le cerf-volant brahminy, un cousin de l'aigle à tête grise. Si vous arrivez au mois d'avril, les oiseaux migrateurs quittent déjà la côte sud de la Thaïlande ! Leur prochain point de rendez-vous sera l'Indonésie ou l'Australie.

Des promenades d'agrément en bateau à longue queue

Une promenade en bateau est la meilleure formule pour appréhender les oiseaux aquatiques. Il est recommandé d'y aller en matinée, sinon plus tard en fin d'après-midi. Les embarcations locales étant à ciel ouvert, vous risquerez d'être surpris par la pluie à midi.

Des sentiers balisés ont été aménagés aux alentours du lac pour les plaisirs de la randonnée, soit une zone d'une centaine de mètres. En vous dirigeant au nord, vous repérerez une tour d'observation d'oiseaux, elle-même surmontée d'un observatoire climatisé.

Pour garder un œil sur l'avifaune en se passant de l'aide des bateliers, les amateurs d'ornithologie pourront rouler sur la digue, un prolongement de la route 4010. Ils traverseront le lac d'est en ouest et aboutiront  à la pointe sud, à environ 3 km des embarcadères et des plateformes d'observation de Baan Thale Noi. Le long de ce tronçon, on voit s'aligner plusieurs planches de bois sur lesquelles se tient un animal insolite qui semble se complaire dans l'eau boueuse.

À une dizaine de kilomètres au sud de Thale Noi, le canal de Pak Pra apparaît aux touristes. Durant la saison maigre, les ressources halieutiques du canal constituent une planche de salut pour les pêcheurs des environs. Arrêtez-vous à l'endroit où le Pak Pra rejoint la Thale Sap : un système de pêche artisanale se découvre aux visiteurs. Des bûches de bois autour desquelles sont attachés des larges filets sont jetées au fond de la lagune pour attraper les poissons. Des excursions en bateau peuvent être organisées à Baan Pak Pra, le petit village situé juste au nord du canal. Au programme : partie de pêche, visite d'une ferme de crevettes et dégustation de la cuisine marine.

INFORMATIONS PRATIQUES

Meilleur moment pour partir ?

La province de Phattalung, dont dépend territorialement le Thale Noi Water Bird Park, se trouve sur la côte sud de Thaïlande. L'influence du climat tropical y est très prononcée. Les variations de température sont négligeables ; la chaleur se maintient à 28,8^o^ C. En revanche, le rythme saisonnier des moussons fait distinguer une saison humide (octobre à mars) et une saison sèche (avril à septembre). L'excursion en bateau peut être difficile en cas d'inondation. Toutefois, les gros orages n'empêcheront pas les ornithologues passionnés de visiter la réserve en début d'année. C'est la période la plus recommandée pour guetter une riche population d'oiseaux migrateurs.

Comment se rendre au lac de Thale Noi ?

Le sanctuaire d'oiseaux de Thale Noi attend les touristes à 30 km au nord de Phattalung. Différents moyens de transport sont disponibles, comme le bus et la voiture privée.

En voiture

Engagez-vous sur l'autoroute 4047 qui vous emmènera à la rencontre des paysages luxuriants de la côte est. Lorsque vous arrivez à Baan Lam Pam, vous couperez par la route 4007, qui longe le Thale Sap et passe par le canal Pak Pra. La localisation du site est souvent indiquée sur des panneaux et cartes sous le nom de « Réserve de sauvagine de Thale Noi ».

En transport public

Le parc naturel est aussi desservi par des minibus publics qui récupèrent les passagers à la gare routière de Phattalung. Les départs s'effectuent à partir de 6 h jusqu'à 18 h. Le bus démarre au plus tard dans 30 minutes. Des quais à bateaux et des plates-formes d'observation se trouvent à une distance de marche de la station de Thalé Noi.

Que voir d'autre dans les environs ?

  • Le lac de Songkhla ;

  • L'île de Koh Lanta ;

  • la campagne de Phattalung.

Bonjour

Je suis Emelyne de "Sawa'discovery". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
04 48 54 00 42