Nora dance

Danse rythmée de chants improvisés, le nora est un patrimoine culturel immatériel des sudistes de Thaïlande. À découvrir entièrement lors de votre prochain voyage au Pays du Sourire.

Le Nora dance, une forme de danse traditionnelle en Thaïlande

La Thaïlande ne se résume pas à ses temples impressionnants, à ses marchés flottants, ni à ses rizières montagneuses à perte de vue. Durant votre séjour, vous pourrez regarder un spectacle de danse dramatique joué par les artistes locaux : le nora dance. Né dans les îles du Sud, ce courant de danse a été destiné tout d'abord aux grandes occasions solennelles. Mais c'est sans compter sur les jeunes troupes de danseuses qui, s'émancipant du cadre académique, ont répandu le nora aux quatre coins du pays. Portant des habits aux couleurs vives, les personnages interprètent une pièce de théâtre et exécutent des pas de danse habilement étudiée avec l'accompagnement des tambours et des cymbales. Avis aux amateurs de culture et de folklore qui souhaitent découvrir une autre facette de la Thaïlande !

Les origines du nora dance

Le nora est aux Thaïlandais ce que le ballet classique est aux Français ou le flamenco aux Andalous. Au début, il a été strictement codifié en tant que danse de cérémonie. Les artistes sortaient obligatoirement d'une école de danse Nora. La représentation chorégraphique ne revient qu'une fois par an, voire tous les trois ou cinq ans. Elle s'ouvre par une invocation des divinités et des anciens maîtres Nora pour se joindre à la cérémonie rituelle et accepter les humbles offrandes des danseuses. C'est le « Nora Rong Khru », la forme originale du nora tel qu'il a été inventé par les peuples insulaires du golfe de Thaïlande. On dansait trois jours et trois nuits de suite, la date d'ouverture étant fixée par les chefs d'école.

Aujourd'hui : une attraction touristique à part entière

Au cours des deux décennies précédentes, le nora s'est modernisé en s'affranchissant peu à peu des règles académiques. Si le prélude invocatoire reste de rigueur, de même que l'interprétation d'un drame ou d'une comédie lyrique, les acteurs peuvent se permettre des mouvements rythmiques improvisés. Aujourd'hui, le nora -- parfois transcrit « menora » ou « manora » - est une danse de divertissement chère aux sudistes du pays. Il s'épanouit principalement dans les communautés rurales de Trang, de Songkhla et de Phattalung.

Cependant, le nora a gagné les régions centrales et nordiques du pays. Cela signifie que, quelle que soit la destination de leur choix, les touristes auront l'occasion d'assister à ce spectacle de danse en réservant un circuit culturel en Thaïlande.

Les conventions artistiques du Nora Dance

Le nora dance est une prestation scénique à part entière. Il s'agit d'une danse inspirée d'une pièce de théâtre célèbre, où la mélodie se marie à la chorégraphie. En règle générale, la pièce dramatique illustre les épisodes de la vie de Jataka. Elle est interprétée par 2 danseurs au minimum et 5 danseurs au maximum.

Le spectacle du nora peut être divisé en 8 étapes :

Étape 1 : Une musique d'ouverture (Tang Khrueang) est jouée à titre de prélude : elle invite les dieux et les mânes des ancêtres à se joindre au spectacle et implore leur feu vert pour danser le nora sur la place.

Étape 2 : Après cette invocation, le rideau s'ouvre (Hom Rong).

Étape 3 : L'orchestre joue la Coen Khru. Cet air traite de la naissance et de l'évolution chronologique du nora, avec des éloges à l'intention des hommes de bien et des maîtres de danse.

Étape 4 : Début de la danse à proprement parler : après avoir chanté des passages en vers derrière le rideau, les danseurs se présentent sur la scène respectivement dans cet ordre :

  • Le Nang Phanak : un interprète assis à l'écart sur un banc ;

  • Wa Bot Rai Tree : un autre interprète ;

  • Tham Bot : il reprend les extraits d'une œuvre lyrique dans un mouvement contorsionné, où les bras et les jambes bougent en harmonie ;

  • Wa Klon : il chante des vers pour démontrer ses habiletés d'orateur, soit en répétant un poème connu, soit en inventant sur le coup ;  

  • Ram Uat Mue : à la différence du Wa Klon, il se contente de danser.

Étape 5 (Ok Phran) : Le bouffon entre à son tour. Il a pour fonction d'amuser le public par des traits d'humour et des prestations comiques.

Étape 6 (Ok Tua Nai Rong) : C'est l'étape où la danseuse vedette qui joue le rôle principal apparaît sur la scène. On l'appelle Nora Yai. Le rôle est tenu par une artiste professionnelle qui se trouve généralement à la tête de la troupe.

Étape 7 (Ok Phran) : Le bouffon annonce le titre de la pièce de théâtre qui sera jouée.

Étape 8 : Représentation de la pièce dramatique.

Costumes et accompagnement musical

Pour mieux marquer les esprits, le nora est exécuté avec un costume haut en couleurs et un arrangement musical soigné.

Le personnage principal - qui est toujours de sexe féminin - porte une chemise bigarrée enrichie de divers motifs et un pantalon descendant jusqu'au mollet. Les accessoires de la tenue incluent :

  • Le kamlai plai khaen : bracelets portés au poignet ;

  • Le kamlai ton khaen : rubans portés aux bras ;

  • Le pik nok aen : deux ailes accrochées au dos de la tenue ;

  • Une chaînette au cou enjolivée de pendentifs ;

  • Le lep : pièces d'allongement des ongles ;

  • Et des pha hoi : morceaux d'étoffe détachés à l'avant et sur les deux bords de la chemise.

Les personnages secondaires et les figurants portent les mêmes tenues que le personnage principal, à la différence que les ailes, les passementiers et les pendentifs sont absents.

Le nora se caractérise par un accompagnement musical. Des instruments à percussion sont utilisés : le thap nora est la pièce maîtresse de l'orchestre. Il s'agit d'une paire de tambours à deux sons distincts. Un troisième tambour, des cymbales, des petits gongs, des hautbois traditionnels et des baguettes en bois complètent la sonorisation.

Bonjour

Je suis Emelyne de "Sawa'discovery". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
04 48 54 00 42