Emprunter le train de la mort - Guide Thaïlande - Sawa'discovery

Emprunter le train de la mort

Pour votre prochain road-trip en Thaïlande, offrez-vous une promenade sur les rails du Chemin de fer de la Mort. Le train touristique entretient la mémoire des prisonniers de guerre qui ont péri sur le chantier. Tout ce qu’il faut savoir. 

Death Railway, un symbole historique et identitaire de Kanchanaburi 

De tous les monuments de Kanchanaburi, la voie ferrée de la Mort - Death Railway en anglais - est sans conteste le plus célèbre. Si vous souhaitez explorer les environs de la capitale thaïlandaise, ne manquez pas ce pont ferroviaire merveilleusement suspendu sur la rivière Kwai. Quel visiteur ne s’attendrit à la pensée des crimes de guerre commis sur ce pont 90 ans plus tôt ? Qui n’aurait le cœur lourd en repassant en mémoire le calvaire enduré par les prisonniers de guerre, forcés de manger de la nourriture avariée, accablés de fatigue et privés de soins médicaux ? En empruntant le Death Railway, vous traverserez d’autres sites emblématiques de la Seconde Guerre mondiale, comme le musée de la guerre JEATH ou la grotte de Krasae. Ensuite, profitez des boutiques et des adresses gourmandes de Kanchanaburi. La visite débute par une pointe de tristesse mais finit dans la gaieté. Pour voir autre chose du Pays du Sourire que ses temples bouddhistes, ses rizières et ses cascades, emprunter le Death Railway est un bon plan. 

Brève histoire du pont de la rivière Kwai

Replaçons le pont ferroviaire de Kanchanaburi dans son cadre historique. La guerre battait son plein en Europe et en Asie. Non content d’occuper le territoire thaïlandais, le Japon voulait également tourmenter la Birmanie. Mais ces raids étaient contrariés par la Grande-Bretagne. D’où naquit l’idée ambitieuse mais imprudente de construire une ligne de chemin de fer connectant le Siam à la Birmanie. 

Face à l’insuffisance de main-d’œuvre, les officiers japonais ont employé les grands moyens : ils ont enrôlé de force des soldats captifs originaires des pays Alliés et des civils asiatiques pour effectuer cette corvée. Par égard pour le Gouvernement du Siam, les Thaïlandais ont été épargnés. Plus de 100 000 travailleurs ont péri durant la construction, qui, du reste, fut laissée inachevée. L’écrasante majorité d’entre eux étaient des Anglais, des Néerlandais, des Australiens et des Canadiens. Le projet titanesque était un éléphant blanc, puisque les Alliés l’ont anéanti à force de bombardements répétés. 

À bord du Death Railway

Kanchanaburi, petite bourgade reculée de la Thaïlande, est à seulement 3 heures de route de Bangkok. Son nom a traversé les océans, dû aux événements terribles qui ont marqué son pont ferroviaire. Le film de David Lean, intitulé « pont de la rivière Kwai », l’a rendu célèbre. 

Les touristes empruntent le Death Railway pour revivre les heures noires de la Seconde Guerre mondiale. Cela dit, la douceur des paysages est un point fort du circuit. Le train de la Mort part de Kanchanaburi et aboutit à Nam Tok. Pour jouir de la meilleure vue, les passagers sont invités à prendre un siège sur le côté gauche plutôt que droit. La campagne est très fleurie. La rivière écoule ses eaux brunes, bordée de part et d’autre d’arbustes tropicaux. Les montagnes s’étendent à perte de vue. 

Avant de monter à bord, vous apprécierez certainement de marcher sur le pont. De nombreux points d’intérêt sont à découvrir dans les environs. Des photos illustrant les conditions de vie des prisonniers vous attendent au musée de la guerre DEATH. Il est situé au-dessous du ponton en bois, la version préliminaire de l’ouvrage avant son remplacement par un pont en acier. Non moins intéressant est le Thailand-Burma Railway Centre, un musée privé administré par un chroniqueur australien. La grotte de Krasae se cache au creux d’un escarpement rocheux. Là furent stockés les blocs de pierres qui servaient à construire le chemin de fer. Les forçats ont également emprunté ce passage souterrain lors des bombardements. L’entrée de la grotte est ornée par une imposante statue de bouddha. 

Le train touristique du Death Railway est usé par le temps. Vous occuperez une banquette en bois à l’ancienne. Vous traverserez des maisons de ferme noyées dans les collines et les rizières. Tout respire tant la sérénité qu’il est difficile de croire qu’il y a huit décennies, ces vieux rails ont été le témoin de scènes de guerre épouvantables. En descendant à Hellfire Pass, vous êtes libre de retourner tout de suite à Kanchanaburi ou de continuer en visitant le musée australien près du terminus. 

Infos pratiques

  • ### Horaires du train

Il y a trois départs par jour : si vous avez raté le train de 6 h, attrapez celui de 10 h 30 et de 16 h 20. Ces horaires sont donnés à titre indicatif, sachant que la ponctualité n’est pas une qualité des trains thaïlandais. 

  • ### Prix du ticket

Rendez-vous à la gare de Kanchanaburi pour vous procurer le ticket du train pour Death Railway. Comptez dans les 100 baths (2,7 €) pour l’aller simple. La remise des tickets a lieu un quart d’heure avant la venue du train. De préférence, partez tôt le matin afin d'éviter la longue file d'attente, le Death Railway étant une attraction touristique convoitée. La gare est juste à quelques encablures du fameux pont.

  • ### Comment s’y rendre

Des bus publics desservent Kanchanaburi depuis la capitale. Il suffit de vous rendre à la gare routière de Mochit.

Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Emelyne de "Sawa'discovery". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
04 48 54 00 42