Parc Sala Keoku

Dans le village de Nong Khai, les monumentales sculptures en ciment du parc Sala Keoku méritent le détour. Revue de détail ! 

Les amateurs d’art religieux savent qu'ils peuvent trouver en Thaïlande leur bonheur tant on trouve de destinations où il est mis à l'honneur. Le parc de sculptures Sala Kaeo Ku, dans le village de Non Khai, aux portes du Laos, est une adresse tout à fait indiquée à leur intention : consacré entièrement à la saga du panthéon bouddhiste et hindouiste, ce langage des statues pour représenter le mysticisme est une œuvre exceptionnelle de l’esprit. Bouddhas, déesses à huit bras, créatures serpentiformes, monstres mi-humains et mi-animaux…  Le parc de Sala Kaeo Ku constitue un rendez-vous des passionnés d’art et de civilisation en vacances dans la région de l’Isaan.

Histoire

Le parc thématique a été conçu par l’artiste sculpteur Luang Pu Bunleua Sulilat. Tout a commencé en 1975, lorsque la révolution communiste éclata au Laos, forçant l’artiste à s’exiler en Thaïlande en naviguant sur le fleuve du Mékong. Bunleua Sulilat décida en 1978 d’acquérir un terrain à Nong Khai, la ville où il vit le jour. Pour s’occuper durant les années d’exil, il créa des compositions sculpturales grandioses inspirées des sujets religieux. Achevé au bout de 20 ans de travaux, le futur parc sera baptisé « Sala Kaeo Ku ».

L’origine de ce projet artistique est liée à une aventure insolite : dans sa jeunesse, Sulilat avait atterri par accident dans une grotte où vivait un ascète du nom de Keoku. En devenant son guide spirituel, ce dernier lui a transmis son goût prononcé pour les œuvres mystiques.

Peu après sa formation, Bunleua Sulitat s’est mis en tête de sculpter en béton. À 30 ans, il créa son premier jardin de sculptures à Ventiane, auquel il donna le nom de Buddha Park ou Xieng Khuan, rappelant par là sa thématique religieuse.

Le second parc qu’il construisit dans sa ville de refuge a été nommé « Sala Keo Ku », pour rendre hommage à l’ermite Keoku.  La mauvaise conjoncture politique a favorisé la productivité artistique de Sulilat. Le site expose d’innombrables divinités et des sculptures représentant les épopées du bouddhisme et de l’hindouisme. Aucun mécène n’a accepté de financer Bunleua Sulilat. Il fit appel à la générosité des habitants pour s’approvisionner en béton ou en briques cimentées, et les sculptures ont été réalisées par une main-d’œuvre non professionnelle, de simples bénévoles passionnés par la tradition de l’art religieux. Après une vingtaine d’années, le parc tant rêvé est finalement mis sur pied. Sachant la faiblesse de l’apport financier, il y a lieu de s’étonner de l’envergure et de la finesse d’exécution des pièces artistiques, ce qui rend le parc Sala Kaeo Ku encore plus captivant et attachant.

Visite du parc de sculpture Sala Kaeo ku

Le parc de sculptures, réunissant les divinités de la mythologie bouddhiste et hindoue dans un seul endroit, remplit une double vocation didactique et culturelle. En parcourant les sculptures monumentales en béton, vous conviendrez que le mysticisme enfante des chefs-d’œuvre qui dépassent les limites du savoir-faire et de la créativité.

Les centaines de statues exposées font le prestige du site : Vishnu, Shiva, Bouddha, Durga aux multiples bras, les nagas polycéphales qui détiennent l’énergie de l’eau et des éléments, et des statues célébrant les épisodes du Ramayana… Unique en leur genre, chaque œuvre vous surprendra par leur forme, leur proportion, leur vigueur d’expression mais aussi par leur profonde symbolique spirituelle. L’endroit lui-même, couronné de dômes à la manière d’une mosquée, ainsi que les représentations reflètent un art mystique incroyablement captivant. Entre autres pièces remarquables, la représentation de la roue de la vie enseignée par le bouddhisme Theravada ne peut qu’impressionner. Cette statue emblématique illustre les étapes à traverser depuis la naissance jusqu’à la renaissance spirituelle. Un véridique plan de vie à suivre !

La statue de Bouddha protégée par un naga à sept têtes obtient le plus d’éloges de la part des visiteurs. Le serpent Mucalinda enroule ses anneaux sur la poitrine et le long du corps de Bouddha pour l’abriter de l’orage, pendant que celui-ci méditait en silence, ignorant le prédateur qui le guettait. Le sourire sur les lèvres du dieu exprime une sérénité d’esprit qu’aucun danger ne peut ébranler. Plus grande que nature, la statue culmine à 25 mètres de hauteur.

Au gré de la visite, vous aurez l’occasion d’observer bien d’autres iconographies bouddhiques en contemplation spirituelle, assis ou debout, en grandes ou en petites proportions, mais gardant le même visage doux et souriant, plusieurs sculptures de naga ainsi que des dieux hindous animés.

L’éléphant entouré d’une bande de chiens anthropomorphes est aussi à découvrir : une représentation qui enseigne les gens à ne pas tenir compte des commérages,.

À l’extrémité ouest, le bâtiment blanc sur trois étages qu’on appelle la Sala ne saurait se dérober à votre regard. Il accueille dans son étage le plus élevé un sanctuaire dédié à Bunleua Sulilat, le créateur du parc. Racontant l’histoire de l’artiste à travers des images et conservant sa momie ainsi qu’une multitude de statues, le pavillon Sala Keo Ku reste incontournable.

N’oubliez pas de vous faire accompagner par un guide pour comprendre le sens de chaque représentation. Les descriptions en bas des statues sont en thaïlandais et à moins de parler cette langue, vous aurez besoin d’un interprète pour tirer le meilleur profit de la visite. Il est possible d’acheter le livret qui décrit chaque sculpture, mais l’explication d’un guide est bien plus amusante et enrichissante.

Comment s’y rendre ?

Depuis Nong Khai

Si vous vous trouvez sur place, le parc Sala Kaeo Ku est à environ 5 km du centre-ville. Le taxi est le meilleur moyen pour vous y conduire. Vous pouvez aussi monter dans un tuk-tuk ou louez un deux-roues pour la journée.

Si vous optez pour le deux-roues, rejoignez la route du côté de la rivière Mun à l’est de la ville. En passant par Mee Chai, prenez la direction du Wat Phra That Klang Nam, puis tournez à gauche jusqu’à ce que vous trouviez les plaques de Sala Kaeo Ku qui vous indiqueront le chemin. Cependant, n’hésitez pas à vous servir de carte et d’autres indications pour ne pas vous perdre.

Depuis la capitale

Si vous partez depuis Bangkok, il est possible d’arriver à la ville de Nong Khai par voie terrestre ou aérienne. Au terminal de l’aéroport, il vous reste à prendre un bus ou un taxi pour venir à Sala Kaeo Ku.

Horaires et tarif        

Le parc Sala Kaeo Ku est ouvert tous les jours. Les visiteurs sont reçus à partir de 8 h jusqu’à 18 h. Le tarif d’entrée applicable est le même pour les étrangers et les résidents. Il est fixé à 20 bahts par personne (0,6 €).

2 photos

Bonjour

Je suis Emelyne de "Sawa'discovery". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
04 48 54 00 42