L’incroyable histoire de Jay Fai, une cantine de rue étoilée par Michelin

L’incroyable histoire de Jay Fai, une cantine de rue étoilée par Michelin

31 oct. 2019

C’est une première mondiale ! Une cantine de rue a reçu une étoile Michelin à l’occasion du lancement de la première édition de Bangkok 2018. Son nom ? Jay Fai. On vous raconte l’incroyable histoire de ce restaurant de rue et sa cuisinière, récompensés par le célèbre guide rouge…

Une cantine de rue thaïlandaise au guide Michelin

Situé à proximité du Golden mountain (le temple de Wat Saket) dans la vieille ville de Bangkok, c’est un stand de streed food qui a reçu l’une des 17 étoiles récompensées par le célèbre guide Michelin. Ce petit restaurant d’allure boui boui, tient son nom de sa propriétaire et cuisinière éponyme âgée de 74 ans, dont le véritable nom est Supinya Junsuta.

Déjà en 1999, on parlait de sa cuisine exquise ! Dans une critique culinaire du Bangkok Post, Ung-aang Talay (Bob Halliday) décrivait même le lieu comme « l'un de ces Mozart de plus en plus rares qui transforment des plats de rue très populaires en chefs-d'œuvre de la cuisine locale » ! Aujourd’hui plus que jamais, la cuisine de Jay Fai est sous le feu des projecteurs grâce à son étoile, une première au monde dans le domaine de la street food. Une première aussi pour la capitale thaïlandaise, qui rejoint Hong Kong, Kyoto, Osaka, Tokyo, Singapour, Shanghai et Séoul sur la liste des capitales alimentaires asiatiques du célèbre guide rouge !

L’heureuse élue : une septuagénaire au look excentrique

  L’incroyable histoire de Jay Fai, une cantine de rue étoilée par Michelin  

Avec quelques chaises et tables en plastique, la déco du restaurant de Jay Fai est plutôt rudimentaire. Si ce stand de rue a remporté son étoile, c’est surtout pour sa cuisine. Surnommée « la reine de l’omelette au crabe », la septuagénaire prépare de délicieuses nouilles sautées aux fruits de mer, sa spécialité. Depuis plus de trente ans, la chef cuisine majoritairement à l’aide de deux brasiers à charbon. Elle achète ses produits auprès de fournisseurs locaux en privilégiant toujours la qualité. Cela a un coût évidemment et ses tarifs sont nettement supérieurs à ceux des autres stands de street food.

En plus de ses talents de cuisinière, cette ancienne couturière est aussi réputée pour son look excentrique et son caractère des plus amusants. Pour se protéger des projections d’huile des woks qu’elle manie avec fougue, vous la verrez toujours porter un bonnet et des lunettes de ski ! Pas de doute, c’est un sacré personnage.

Une cuisine victime de son succès…

  L’incroyable histoire de Jay Fai, une cantine de rue étoilée par Michelin  

Si la cuisinière est fière de sa récompense, elle confie avoir du mal à tenir le rythme. Sa soudaine notoriété internationale lui a ramené une importante affluence au point qu’elle a du retravailler son organisation. Ouvert 6 jours par semaine, elle a mis en place un système de réservation alors qu’elle s’y était toujours opposée. Alors qu’elle travaillait comme chef unique du restaurant, elle a depuis, demandé à ses deux filles de quitter leur travail afin de la rejoindre en cuisine et lui donner un coup de main.

Si sa clientèle s’est multipliée, elle ne gagne pas plus d’argent. Dans un souci de vouloir rester authentique, elle ne souhaite rien changer et encore moins augmenter ses prix. Autant de contraintes qui, dit-on, lui feraient hésiter à rendre son étoile

Florine Dergelet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *

Bonjour

Je suis Emelyne de "Sawa'discovery". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
+66 53114796